La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 311,09
    -168,86 (-0,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Législatives: cette cagnotte de 68 millions d'euros lorgnée par les partis

Jeanne Accorsini/Sipa

L'essentiel des 68 millions d'euros versés chaque année aux partis est distribué en fonction de leurs résultats aux élections législatives. Challenges a calculé les sommes que peuvent espérer les différentes formations au vu des sondages. En sachant que la macronie fait caisse commune, tandis que l'alliance de la gauche (Nupes) opte pour des comptes séparés.

Derrière l’enjeu politique se cache un enjeu financier colossal. Les 12 et 19 juin, les partis ne s’affrontent pas uniquement pour obtenir le maximum de députés à l’Assemblée nationale. Ils se battent aussi pour décrocher le montant le plus élevé de subvention publique annuelle. Et, pour les principaux mouvements, cela se chiffre en millions! Dans le système tricolore de financement de la vie politique, . "Chaque année, le montant total de l’aide publique versée aux partis avoisine les 68 millions d’euros, détaille la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP), qui se répartissent en deux tranches de 34 millions d’euros chacune."

La première enveloppe est distribuée entre les formations proportionnellement au nombre de voix récoltées au premier tour des législatives et reste stable durant cinq ans. La deuxième est divisée selon le nombre de députés et sénateurs affiliés au parti, qui doivent renouveler leur rattachement chaque année. A cela s’ajoutent deux règles: un mouvement ne peut toucher les subsides de l’Etat que s’il a récolté 1% des voix dans au moins cinquante circonscriptions et les partis qui ne respectent pas la parité des candidatures se voient infliger une pénalité.

Compte commun vs comptes séparés

Plus que jamais, cette subtile mécanique a influencé les tractations dans la campagne qui s’achève. Avec la création du nouveau parti, , les leaders de la majorité présidentielle, Richard Ferrand, Stanislas Guérini, Edouard Philippe et François Bayrou ont décidé de faire caisse commune. Peu importe leur chapelle d’origine, tous les candidats macronistes devaient indiquer la maison commune comme bénéficiaire des subventions lors de leur déclaration en préfecture. "La somme totale sera ensuite redistribuée entre Renaissance, le Modem et Horizons en proportion du nombre d’investitures de chacun", décrit Jean-Jacques Jegou, le trésorier du Modem.

A l’inverse,, écologique et sociale (Nupes), Jean-Luc Mélenchon, Olivier F[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles