Marchés français ouverture 3 h 30 min
  • Dow Jones

    33 745,40
    -55,20 (-0,16 %)
     
  • Nasdaq

    13 850,00
    -50,19 (-0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 848,41
    +309,68 (+1,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,1898
    -0,0020 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    28 843,25
    +389,97 (+1,37 %)
     
  • BTC-EUR

    51 017,20
    +344,54 (+0,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 296,60
    +2,02 (+0,16 %)
     
  • S&P 500

    4 127,99
    -0,81 (-0,02 %)
     

Législatives. En Côte d’Ivoire, pour l’opposition “l’heure de la vérité a sonné”

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

En Côte d’Ivoire, le 6 mars, les forces d’opposition font leur grand retour pour les législatives. Après avoir boudé les urnes lors du scrutin présidentiel d’octobre 2020, elles entendent bien faire le poids face à Alassane Ouattara, qui s’est offert un troisième mandat présidentiel. Aujourd’hui au Faso espère que la “vraie campagne électorale” tiendra sa promesse à l’heure du vote.

En Côte d’Ivoire, une campagne digne de ce nom est sur le point de s’achever. Le samedi 6 mars, les Ivoiriens éliront leurs 255 députés lors d’un scrutin législatif aussi attendu que disputé. Pour cause, il signe le grand retour des forces d’opposition, qui, quatre mois plus tôt, lors de l’élection présidentielle, avaient boycotté les urnes. La candidature d’Alassane Ouattara, le président sortant réélu pour un troisième mandat avait été jugée inconstitutionnelle.

“La bataille s’annonce, d’ores et déjà, très rude”, prévient Le Pays. Car cette fois-ci, le RHDP, le parti d’Alassane Ouattara, a des adversaires de taille. Fait notable, après dix ans de boycott, les “Gbagbo ou rien” (GOR) font leur grand retour et ont décidé de mettre toutes les chances de leur côté en s’alliant au Front populaire ivoirien (FPI). Objectif : faire face à la machine d’État [le parti du président au pouvoir depuis 2011].

Avec plus de 1 500 candidatures déposées, “une participation quasi record des différents courants politiques”, ces élections se distinguent par leur inclusion remarquable, rapporte le journal burkinabé. Ce moment électoral est aussi l’occasion de juger fidèlement du soutien dont bénéficient les partis en course.

Crash test pour l’opposition

“Constituer un véritable contre-pouvoir au régime d’ADO [le surnom d’Alassane Ouattara]”, déclare Aujourd’hui au Faso, “Et maintenant, la vérité dans les urnes!”, clame

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :