Publicité
La bourse ferme dans 3 h 15 min
  • CAC 40

    7 636,84
    +102,32 (+1,36 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 900,24
    +73,00 (+1,51 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,47 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0887
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • Gold future

    2 398,80
    -0,30 (-0,01 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 938,85
    +409,92 (+0,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 391,10
    -14,23 (-1,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,62
    -0,51 (-0,64 %)
     
  • DAX

    18 425,83
    +253,90 (+1,40 %)
     
  • FTSE 100

    8 222,38
    +66,66 (+0,82 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,26 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    39 599,00
    -464,79 (-1,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 635,88
    +218,20 (+1,25 %)
     
  • GBP/USD

    1,2926
    +0,0017 (+0,13 %)
     

Législatives 2024 : stupeur et tremblements parmi les chefs d’entreprise

Législatives 2024 : stupeur et tremblements parmi les chefs d’entreprise

Suivez en direct les résultats du second tour des élections législatives 2024, à la suite de la dissolution de l'Assemblée nationale, avec Capital.

«Au secours, la gauche arrive ! Mai 1981 ou le cauchemar du patronat». Ce chapitre du livre «Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours», consacré à la déflagration qu’a représenté pour les chefs d’entreprise, l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République, le 10 mai 1981, semble furieusement d’actualité en ce dimanche 7 juillet 2024. C’est en effet l’alliance des partis de gauche - le Nouveau front populaire (NFP) - qui remporte le second tour des élections législatives anticipées, devant le camp présidentiel d'Emmanuel Macron et l'extrême droite en troisième position, aucun de ces trois blocs n'obtenant la majorité absolue. Une grande surprise, ce score du NFP, car les sondages donnaient le Rassemblement national gagnant.

Ce n’est pas que les patrons auraient sauté de joie en cas de victoire du RN mais, lors de la dernière audition des candidats aux législatives par les principales organisations patronales, il semblait que ces dernières s’accommoderaient un peu moins mal de son programme économique que de celui du NFP. «La hausse du Smic à 1 600 euros, l’abandon de la réforme des retraites, le creusement des déficits publics… Cela va nous amener dans le mur», peste Michel Picon, président de l’U2P (Union des entreprises de proximité), interrogé par Capital. «Avec l’indexation des salaires sur l’inflation (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Imerys vend la branche papier, préfère la transition énergétique et la construction durable
Samsung : une grève générale inédite éclate et «ce n’est qu’un début !»
Bourse : les issues probables des élections législatives sont négatives, selon Goldman Sachs
Législatives : face aux commerces barricadés, un appel à «la vigilance plus qu’à la dramatisation»
Grandes fortunes : découvrez les 10 héritiers les plus riches au monde en 2024