Marchés français ouverture 55 min
  • Dow Jones

    31 438,26
    -62,42 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    11 524,55
    -83,07 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    26 997,36
    +126,09 (+0,47 %)
     
  • EUR/USD

    1,0576
    -0,0010 (-0,10 %)
     
  • HANG SENG

    22 107,82
    -121,70 (-0,55 %)
     
  • BTC-EUR

    19 637,16
    -537,00 (-2,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    451,63
    -10,16 (-2,20 %)
     
  • S&P 500

    3 900,11
    -11,63 (-0,30 %)
     

Législatives 2022 : malgré sa percée, pourquoi le succès de Mélenchon reste fragile

AFP - CHRISTOPHE SIMON

Absence de réserves de voix, difficulté à mobiliser son électorat… Après avoir fait le plein dimanche soir, les fragilités de la Nupes se révèlent entre les deux tours. Le leader insoumis contre-attaque.

Peut-il encore pousser son avantage ? , Jean-Luc Mélenchon rêve d’aller plus loin et d’imposer une cohabitation à Emmanuel Macron. Pour cela, il doit espérer l’emporter dimanche dans au moins 289 circonscriptions, dont une majorité (265 sur 376) verront les candidats de la gauche affronter les troupes du président de la République. Une configuration difficile, moins avantageuse qu’un duel face au Rassemblement national.

D’autant qu’au premier tour, le chef de file de La France insoumise a remporté un succès en trompe-l’œil. Certes, en réalisant l’union de la gauche, il a maximisé les chances de qualification au second tour de ses candidats et il s’est imposé comme la principale force d’opposition à Emmanuel Macron. Mais les réserves de voix de la Nupes sont faibles, voire inexistantes. Pire, loin de créer une réelle dynamique, l’alliance peine à mobiliser. Alors que le score cumulé des quatre candidats de la gauche au premier tour de la présidentielle (Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot, Fabien Roussel et Anne Hidalgo) était de 30,61%, la Nupes n’a recueilli que 25,66% des voix. A peine plus qu’en 2017 (25,49%), qui avait constitué un plus bas historique pour la gauche.

Le coup de la TVA sociale

Comment, dès lors, renverser la table et s’épargner un douloureux effet correcteur entre les deux tours des législatives ? Jean-Luc Mélenchon compte d’abord et avant tout mobiliser sur l’anti-macronisme en transformant le second tour de l’élection en référendum sur la personnalité du chef de l’Etat. Dès dimanche, : la retraite à 65 ans, le "travail forcé" pour prétendre au RSA, le maintien de la plateforme Parcoursup… en espérant coaliser derrière lui les oppositions à Emmanuel Macron. Jusqu’aux éventuels électeurs du Rassemblement national, "fâchés" mais "pas trop fachos". Dans le même temps, il a cherché à étendre le front des polémiques, en remettant en cause le résultat des élections tel que présenté par le ministre de l’Intérieur. Agitant la possibilité d’une "manipula[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles