Marchés français ouverture 6 h 53 min
  • Dow Jones

    31 490,07
    -1 164,52 (-3,57 %)
     
  • Nasdaq

    11 418,15
    -566,37 (-4,73 %)
     
  • Nikkei 225

    26 911,20
    +251,45 (+0,94 %)
     
  • EUR/USD

    1,0476
    +0,0010 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    20 644,28
    +41,76 (+0,20 %)
     
  • BTC-EUR

    27 428,50
    -1 886,15 (-6,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    639,88
    -30,80 (-4,59 %)
     
  • S&P 500

    3 923,68
    -165,17 (-4,04 %)
     

Législatives 2022: l’union redonne des couleurs à la gauche

SONDAGE EXCLUSIF – Grâce aux accords trouvés dans le cadre de la nouvelle union populaire écologique et sociale (NUPES), la gauche s’impose comme la principale force d’opposition à Emmanuel Macron à l’Assemblée. Les insoumis pourraient constituer le premier groupe parlementaire, s’ouvrant l’accès à de nombreux postes prestigieux.

, l’union de la gauche fait déjà bouger les lignes des élections législatives. Selon notre baromètre exclusif Harris Interactive, l’alliance des insoumis, des écologistes, des communistes et des socialistes virerait en tête du premier tour du scrutin, le 12 juin prochain, avec 28% des intentions de vote, devant la majorité sortante réunissant Renaissance (ex-LREM), le Modem et Horizons, créditée de 26% des intentions de vote, et le Rassemblement national de Marine Le Pen (24%).

Un score qui permettrait à la gauche de s’imposer comme la première force d’opposition à Emmanuel Macron à l’Assemblée nationale lors de la prochaine législature. Si l’on en croit les résultats de notre projection, les différents partis de gauche obtiendraient entre 105 et 168 sièges dans la nouvelle Assemblée, contre 82 à 131 postes de députés pour la droite et l’extrême droite. Les macronistes et leurs alliés du Modem et d’Horizons conserveraient la majorité absolue mais , avec de 300 à 350 sièges, contre 338 à 378 la semaine dernière. Le plancher des 289 députés nécessaires pour détenir la majorité n'est plus très loin…

Dans le détail, si elle se confirmait cette projection placerait les mélenchonistes au cœur du jeu parlementaire. Avec 60 à 85 sièges, les insoumis, qui se sont taillés la part du lion dans l’accord électoral noué avec leurs partenaires de gauche, forts de leurs 22% au premier tour de l’élection présidentielle, obtiendraient le groupe parlementaire le plus conséquent de l’opposition, devant le Rassemblement national (52 à 80 sièges) et Les Républicains (30 à 48 sièges). Une position loin d’être tout à fait symbolique puisqu’elle ouvrirait l’accès aux députés insoumis . Les élus mélenchonistes pourraient ainsi prétendre à deux postes de vice-présidents de l’Assemblée nationale, un poste de questeur (aujourd’hui occupé par Éric Ciotti), et celui de président de la commission des Finances, dévolu en vertu de l’article 39 du règlement de l’Assemblée nationale à l’opposition. [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles