La bourse ferme dans 33 min
  • CAC 40

    6 792,74
    +39,22 (+0,58 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 227,55
    +6,67 (+0,16 %)
     
  • Dow Jones

    35 679,56
    +188,87 (+0,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1689
    +0,0083 (+0,71 %)
     
  • Gold future

    1 798,20
    -0,60 (-0,03 %)
     
  • BTC-EUR

    52 700,74
    +1 588,47 (+3,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 483,72
    +64,34 (+4,53 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,41
    -0,25 (-0,30 %)
     
  • DAX

    15 672,86
    -32,95 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 248,89
    -4,38 (-0,06 %)
     
  • Nasdaq

    15 389,05
    +153,21 (+1,01 %)
     
  • S&P 500

    4 587,89
    +36,21 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    28 820,09
    -278,15 (-0,96 %)
     
  • HANG SENG

    25 555,73
    -73,01 (-0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3806
    +0,0064 (+0,47 %)
     

Législatives allemandes : le SPD donné légèrement en tête

·2 min de lecture

Sociaux-démocrates et conservateurs arrivent au coude à coude, selon les premiers sondages sortie des urnes. Le SPD serait légèrement en tête avec entre 25,7 % et 26 % des suffrages alors que la CDU atteindrait 24,5 %. Ce serait un cuisant échec pour le droite conservatrice.

Les sociaux-démocrates d'Olaf Scholz et les conservateurs de la chancelière sont au coude-à-coude lors des élections législatives, selon de premiers sondages dimanche soir qui ouvrent la voie à la fin de l'ère Merkel. Le SPD serait légèrement en tête avec entre 25,7 % et 26% des suffrages alors que la CDU atteindrait 24,5 %. Ce serait un cuisant échec pour le droite conservatrice.

Ces premiers sondages ont été accueillis par une explosion de joie au siège du SPD à Berlin. "Il est clair que le SPD" l'a emporté, s'est félicité le secrétaire général du parti, Lars Klingbeil, en revendiquant la formation du futur gouvernement. Une part importante des électeurs ayant voté par correspondance, cette première tendance pourrait cependant être corrigée au fil de la soirée après les premiers dépouillements.

Un revers historique pour la CDU

Quoi qu'il arrive, les chrétiens-démocrates subissent un revers sans précédent depuis 1949 avec au moins huit points de moins qu'en 2017, déjà un niveau historiquement bas pour les conservateurs. Pour la première fois en 72 ans, dans une Allemagne de plus en plus fragmentée, l'union conservatrice tombe sous la barre des 30%. Ce revers jette une ombre sur la fin de règne d'Angela Merkel, dont la popularité reste au zénith au terme de quatre mandats mais qui s'est avérée incapable de préparer sa succession.

Les Verts et leur candidate Annalena Baerbock, un temps favoris du scrutin, manquent le coche avec, selon ces sondages, entre 14 et 15%. Maigre motif de satisfaction: ils battent leur record de 2009, quand ils avaient obtenu 10,7% des voix, et progressent de six points par rapport à 2017. Les libéraux du FDP, quatrième avec environ 12%, apparaissent comme les "faiseurs de roi" incontournables pour bâtir une future coalition. L'extrême droite de l'AfD, dont l'entrée au Bundestag avait été le principal fait saillant du précédent scrutin de 2017, confirme son enracinement dans le paysage politique allemand. Mais avec entre 10 et 11%, ce parti [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles