La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    40 341,45
    -96,21 (-0,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

La légère décrue du total des décès en France s'est poursuivie début avril

S.B.M
·2 min de lecture
Les décès par jour en France de toutes causes ont baissé légèrement début avril d'après l'INSEE (photo d'illustration) - Aurore MESENGE © 2019 AFP
Les décès par jour en France de toutes causes ont baissé légèrement début avril d'après l'INSEE (photo d'illustration) - Aurore MESENGE © 2019 AFP

Le nombre moyen de décès par jour en France, toutes causes confondues, a continué à décroître légèrement début avril, une tendance observée depuis février, indique ce vendredi l'Insee dans son bilan hebdomadaire des décès pendant l'épidémie de Covid-19. Janvier avait vu une augmentation des décès quotidiens, avec 2150 morts par jour en moyenne, contre 2030 pendant la deuxième quinzaine de décembre, selon l'institut de la statistique.
Mais depuis début février, la tendance est à une légère baisse: le nombre moyen de décès quotidiens a atteint 2039 en février, puis 1868 en mars, et enfin 1779 sur la période du 1er au 12 avril - date des derniers chiffres disponibles. Au total, le nombre de décès enregistrés du 1er janvier au 12 avril est en hausse de 7% par rapport à la même période de 2019 (année sans Covid mais avec une grippe saisonnière virulente).

Une mortalité différente en fonction des régions

De manière logique, la comparaison avec 2020, année de l'irruption de la pandémie, est très différente selon que l'on s'intéresse à la période janvier-février ou à celle de mars-avril.

Ainsi par rapport à 2020, l'excédent de décès en 2021 atteint 15% pour janvier-février - "la pandémie ne s'étant pas encore propagée en France à cette période l'an passé", comme le relève l'Insee. A l'inverse, depuis le 1er mars les décès ont été "nettement moins nombreux" (-16%) que l'an dernier à la même période, qui avait été celle du pic de la première vague.

Du 1er au 12 avril 2021, la surmortalité par rapport à 2019 n'est pas la même dans toutes les régions. Elle atteint son maximum en Provence-Alpes- Côte d'Azur (+16%), dans le Grand-Est (+12%) et les Hauts-de-France (+11%). A l'inverse, le nombre de décès en Bretagne est quasiment le même début 2021 que début 2019, et en Corse il a même baissé de 2%

Un "effet vaccination" déjà perceptible

Dans l'ensemble de la France, la surmortalité par rapport à 2019 est encore plus marquée pour la tranche d'âge des 65-74 ans (+9%) et surtout pour les 75-84 ans (+13%). Mais elle l'est moins pour les plus de 85 ans (+7%). L'Insee y voit les premiers effets de la vaccination, qui a d'abord concerné les plus âgés, mais aussi un possible "effet moisson": parmi les octogénaires qui auraient dû décéder en ce début 2021, un nombre significatif sont morts en 2020, emportés par le Covid. Ce qui fait mécaniquement baisser cette année le nombre des décès dans cette tranche d'âge.
Selon les derniers chiffres officiels, l'épidémie de coronavirus a fait plus de 102.000 morts en France.

Article original publié sur BFMTV.com