La bourse ferme dans 6 h 44 min
  • CAC 40

    5 538,24
    -52,55 (-0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 586,72
    -31,63 (-0,87 %)
     
  • Dow Jones

    31 176,01
    -12,37 (-0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • Gold future

    1 859,90
    -6,00 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    25 887,65
    +830,22 (+3,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    623,16
    +13,16 (+2,16 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,28
    -0,85 (-1,60 %)
     
  • DAX

    13 794,65
    -112,02 (-0,81 %)
     
  • FTSE 100

    6 685,59
    -29,83 (-0,44 %)
     
  • Nasdaq

    13 530,92
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 853,07
    +1,22 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 631,45
    -125,41 (-0,44 %)
     
  • HANG SENG

    29 447,85
    -479,91 (-1,60 %)
     
  • GBP/USD

    1,3652
    -0,0078 (-0,57 %)
     

L'économie moins touchée par le deuxième confinement

·2 min de lecture

La plus grande souplesse du deuxième confinement a permis de limiter les dégâts économiques. Cette fois, l'impact a été concentré sur les secteurs touchés par les restrictions.

Le reconfinement de novembre a entraîné une dégradation de l'activité beaucoup plus faible que lors du premier confinement, avec nettement moins de salariés en et un impact concentré sur les secteurs touchés par les restrictions, selon le .

Selon l'enquête "Activité et conditions d'emploi de la main-d'oeuvre", réalisée chaque mois auprès des entreprises de plus de dix salariés, 39% des salariés ont travaillé en novembre dans une entreprise dont l'activité a diminué, et 4% dans une entreprise où elle a été à l'arrêt.

La dégradation est "significative" par rapport à octobre (32% de perte d'activité et 1% d'arrêt), notamment pour les PME, mais "bien moins marquée" que lors du premier confinement (80% de perte et 12% d'arrêt en avril), constate le service statistique du ministère.

Les secteurs les plus touchés sont restés l'hébergement-restauration, les "autres activités de service" ce qui comprend les arts, spectacles et loisirs, et dans une moindre mesure les commerces dont ceux "non essentiels" fermés jusqu'au 28 novembre.

En novembre, 2,9 millions de salariés auraient effectivement été en activité partielle (soit 16% du privé), après 1,8 million en octobre. C'est une forte hausse (+64%) mais très loin du pic d'avril (8,4 millions), avec en outre moins d'heures chômées (80 en moyenne par salarié).

Logiquement, cette hausse a été la plus forte dans le commerce (+374.000, plus du double par rapport à octobre). En revanche, le recours à l'activité partielle a été quasi nul dans la construction alors qu'il avait concerné un million de personnes en avril.

"Les secteurs économiques n'ont pas été pris par surprise comme au printemps, les entreprises étaient mieux préparées", notamment au niveau des protocoles sanitaires, a commenté auprès de l'AFP la ministre du Travail, Elisabeth Borne.

"Même dans les commerces, on est beaucoup plus bas qu'au printemps en activité partielle, on est passé d'1,5 million de salariés à 685.000", constate-t-elle, y voyant la conséquence du dé[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi