Marchés français ouverture 5 h 15 min
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,26 (+0,66 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,44 (+0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    29 681,23
    +323,41 (+1,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,2162
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    28 683,44
    +72,79 (+0,25 %)
     
  • BTC-EUR

    48 273,95
    -608,98 (-1,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 545,50
    +109,72 (+7,64 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     

L'économie française se redresse doucement

·2 min de lecture

L'économie française redémarre doucement notamment grâce aux investissements des entreprises. Le calendrier du déconfinement annoncé par Emmanuel Macron laisse entrevoir une accélération de la reprise. La croissance annuelle selon l'Insee serait de 4,1%.

L'économie française a entamé son redressement début 2021, après avoir été terrassée par l'épidémie de Covid-19 l'an dernier, mais les restrictions sanitaires ont continué de peser sur l'activité et le gouvernement espère une reprise plus franche avec la vaccination et le déconfinement. Au premier trimestre, le produit intérieur brut (PIB) a légèrement rebondi, avec une croissance de 0,4% par rapport au trimestre précédent, selon une première estimation publiée vendredi par l'Insee.

Un rebond limité

Mais ce rebond reste toutefois "limité", souligne l'Institut national de la statistique, le PIB se situant encore 4,4% sous son niveau de fin 2019, juste avant le début de la crise sanitaire. "C'est un trimestre qui reste très marqué par les restrictions sanitaires, qui se sont durcies au fil des mois", a souligné à l'AFP Julien Pouget, chef du département conjoncture de l'Insee. Le ministre des Comptes publics Olivier Dussopt a lui salué sur Twitter des chiffres "encourageants", signe de la "résistance" de l'économie et de "l'efficacité" des mesures de soutien et de relance prises par le gouvernement. Après le recul de 1,4% du PIB enregistré au dernier trimestre 2020, la reprise de l'économie vient notamment du léger redressement de la consommation des ménages (+0,3%), même si elle est restée fortement contrainte par les restrictions sanitaires (couvre-feu, fermeture des grands centres commerciaux, des restaurants, lieux culturels, etc.). En mars, elle a ainsi de nouveau reculé de 1,1%. Sur le trimestre, elle se situe d'ailleurs encore très en dessous (-6,4%) de son niveau d'avant-crise, souligne l'Insee. Et cela ne devrait pas s'arranger au début du deuxième trimestre, avec un mois d'avril marqué par le reconfinement.

La bonne surprise

La "très bonne surprise" vient de l'investissement des entreprises qui a accéléré en début d'année, selon Selin Ozyurt, économiste chez Euler Hermes. "Grâce aux aides de l'Etat, les entreprises ont pu renforcer leur trésorerie et cela pe[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi