La bourse est fermée

L'économie française se maintient au troisième trimestre

latribune.fr
 

L'économie française tente de résister. Selon le dernier bulletin de la Banque de France publié ce mercredi 9 octobre, le produit intérieur brut (PIB) tricolore progresserait de 0,3% au cours du troisième trimestre. L'institution bancaire n'a pas révisé ses prévisions par rapport à sa précédente estimation et ces chiffres sont relativement conformes à ceux de l'Insee qui table sur une croissance à 1,3% pour 2019. Lors d'un récent point presse, Julien Pouget, le directeur du département de conjoncture à l'institut de statistiques publiques, expliquait :

"En France, 0,3% c'est un rythme quasi-constant depuis 2018. La France apparaît moins exposée que l'Allemagne aux turbulences internationales. L'économie française bénéficie d'un soutien budgétaire. La prévision de croissance est inchangée par rapport à celle d'il y a trois mois, soit un rythme de 0,3% par trimestre d'ici la fin de l'année, et en moyenne annuelle 1,3% en 2019, après 1,7% en 2018.

Pour l'instant, la croissance hexagonale est relativement épargnée par les soubresauts de l'économie internationale. Les sanctions américaines décidées dans le cadre du conflit entre Airbus et Boeing pourraient néanmoins peser sur le moral de certains secteurs comme l'agroalimentaire, l'aéronautique ou les vins et spiritueux.

"Au niveau international, les nuages s'amoncellent. Les tensions protectionnistes se concrétisent avec les droits de douane, l'issue des négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis reste très incertaine, tout comme la date et les modalités du Brexit", a rappelé l'économiste.

> Lire aussi : L'OMC donne des cartouches à Trump pour surtaxer Airbus

L'industrie à la peine

L'appareil productif continue de souffrir. Après une légère embellie en 2017 au niveau des créations d'usines et de l'emploi, la conjoncture s'est détériorée. Selon

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr


La croissance se maintient à 0,3% au troisième trimestre
La croissance du secteur privé reste atone en zone euro