La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    50 826,78
    -1 320,58 (-2,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

Konbini refuse les avances de Melty

·1 min de lecture

L’union sacrée pour les millenials attendra. Selon les informations de Capital, Melty a récemment proposé un rapprochement -qui aurait pu aller jusqu’à un rachat- à Konbini, mais ce dernier n’a pas donné suite. Interrogé à ce sujet, Konbini n’a pas répondu. Mais le PDG de Melty Bruno Massiet du Biest confirme : “Nous avons en effet approché différents acteurs, dont Konbini, qui est très complémentaire de Melty. Nous sommes prêts à étudier différentes options, allant d‘un partenariat sur la publicité programmatique, à un rapprochement capitalistique. Nous pensons que le marché des médias pour millennials a besoin d’être consolidé, car il est morcelé entre de nombreux acteurs de taille moyenne. Melty est disposé à jouer ce rôle de consolidateur, et souhaiterait faire de la croissance externe pour renforcer son leadership. Car Melty va bien et ses finances sont solides”.

L’intérêt de Melty a sans doute été suscité par la situation compliquée dans laquelle se trouve Konbini. Après avoir perdu 4,7 millions d’euros en 2018, Konbini SAS a quadruplé ses pertes en 2019, pour atteindre 19,25 millions d’euros. Puis, comme tous les médias vivant de la publicité, le site de vidéos lifestyle a été frappé par la crise sanitaire, même si, selon nos informations, il a réussi à presque stabiliser son chiffre d’affaires l’an dernier.

Face à cette situation, des mesures d’économies ont été prises. Les bureaux aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en Suisse et au Nigéria ont été fermés, comme l’indiquent (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Offensive de Facebook pour casser les poursuites sur des pratiques anticoncurrentielles
Suppressions d’emplois chez SFR (Altice) : les syndicats crient au “scandale”
Le Falcon 6X de Dassault réussit son premier vol
Le roi du casino Partouche plombé par les fermetures, l’ex-compagnie d’assurance assignée
Orange devrait générer beaucoup de cash dès 2022 : le conseil Bourse du jour