La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0098 (+0,82 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    47 866,05
    -703,00 (-1,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Kirghizistan: un référendum constitutionnel pour étendre les pouvoirs présidentiels

·1 min de lecture

Un référendum constitutionnel se tient ce dimanche 11 avril au Kirghizistan. Il doit permettre à la population de se prononcer sur un passage à un régime présidentiel.

La révision constitutionnelle vise à faire passer le pays d'un système parlementaire à un régime présidentiel en renforçant considérablement les pouvoirs du président : le nombre de mandats présidentiels sera étendu à deux quinquennats au lieu d'un mandat unique de six ans. Par ailleurs, le nombre de parlementaires sera réduit à 90 contre 120 actuellement.

L'amendement prévoit enfin la création d'une Cour constitutionnelle et d'une nouvelle assemblée consultative et non élue, le Qurultay du peuple, un projet phare du président Sadyr Japarov qui est aussi l'architecte de cette réforme constitutionnelle.

Mais la révision de la Constitution suscite de nombreuses critiques d'opposants, de juristes et d'activistes de la société civile qui craignent plus que tout une dérive autoritaire et la concentration du pouvoir entre les mains d'un seul homme.

Malgré les inquiétudes de ses détracteurs qui dénoncent un coup de force de Sadyr Japarov, le président a assuré que le Kirghizistan resterait un pays démocratique qui ne connaîtrait plus de persécution politique.

Ce référendum intervient à l'issue d'un violent mouvement de contestation en octobre dernier qui avait provoqué une crise politique et poussé le président Sooronbay Jeenbekov à la démission.

Pour que le résultat soit valide, un taux de participation supérieur à 30% des inscrits est nécessaire.