Publicité
Marchés français ouverture 6 h 48 min
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    38 482,11
    0,00 (0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,0741
    -0,0002 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    17 915,55
    -20,57 (-0,11 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 586,90
    -1 255,36 (-2,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 337,11
    -52,29 (-3,76 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     

“Killers of the Flower Moon” : Scorsese met en lumière “de nouvelles stars” amérindiennes

photo ANGELA WEISS/AFP

“Quand Martin Scorsese a entrepris de réaliser Killers of the Flower Moon à partir de l’histoire vraie d’une série de meurtres visant la communauté osage dans les années 1920, il lui fallait des acteurs pour 63 rôles d’Amérindiens (figurant au générique)”, raconte The Wall Street Journal.

“Son équipe a donc appelé la directrice de casting Rene Haynes, qui se consacre depuis trois décennies à trouver des talents autochtones pour les projets de films et de télévision.” Ce long-métrage très en vue est “spécial”, souligne celle-ci, enthousiaste à propos de ce qui se passe actuellement.

“Je crois que nous sommes en pleine renaissance des projets sur les Amérindiens, et cela nous rend tous très optimistes.”

Le quotidien de New York cite en effet “un boom des projets de premier plan autour d’acteurs amérindiens”, avec entre autres les séries Reservation Dogs (qui avait révélé Paulina Alexis) et Dark Winds, ou le film Prey. “En coulisse [se trouve] une petite industrie de spécialistes” comme Rene Haynes.

“Dénicher un diamant brut”

Pour le film de Martin Scorsese, celle-ci a d’abord coorganisé “un casting massif sans prérequis en Oklahoma”. “Nous n’avions engagé personne avant d’avoir vu les Osage, car s’il y a bien une chose que j’aime particulièrement, c’est dénicher un diamant brut”, explique la directrice de casting.

PUBLICITÉ

Elle dit procéder généralement en partant de la tribu puis en élargissant jusqu’aux Amérindiens en général. Ainsi, le rôle de Mollie, la femme osage qu’épouse Ernest Burkhart (Leonardo DiCaprio), “est revenu à Lily Gladstone, qui a des ascendants chez les Indiens Pieds-Noirs et Nez-Percés” et s’était fait connaître avec le film Certaines femmes.

Si les lois antidiscriminatoires interdisent de demander aux candidats leur origine ethnique, ces recruteurs spécialisés sont en mesure de poser des questions pour vérifier “l’authenticité” des futurs acteurs, poursuit le Wall Street Journal. “Je sais quelles tribus sont inscrites sur telle ou telle réserve”, explique Angelique Midthunder, la directrice de casting de Reservation Dogs.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :