La bourse ferme dans 7 h 25 min
  • CAC 40

    5 815,03
    +32,38 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 694,41
    +24,87 (+0,68 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,20 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1879
    -0,0045 (-0,38 %)
     
  • Gold future

    1 691,40
    -7,10 (-0,42 %)
     
  • BTC-EUR

    42 054,70
    -407,07 (-0,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 010,72
    +67,54 (+7,16 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,66
    +0,57 (+0,86 %)
     
  • DAX

    14 032,80
    +112,11 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    6 659,43
    +28,91 (+0,44 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,65 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 743,25
    -121,07 (-0,42 %)
     
  • HANG SENG

    28 540,83
    -557,46 (-1,92 %)
     
  • GBP/USD

    1,3814
    -0,0014 (-0,10 %)
     

Kiger, cette autre Renault indienne à laquelle nous n’aurons pas droit

·2 min de lecture

Avant le Renault Kiger, les Indiens avaient déjà le choix entre sept SUV de poche. Pour se faire une place sur le quatrième marché automobile mondial, le petit Français mise sur un style flatteur, qui le fait passer pour plus coûteux qu’il n’est réellement.

Laurens van den Acker l’avait promis aux journalistes indiens venus assister à la présentation du concept-car Kiger, en novembre dernier : la version de série de ce mini SUV ne ménagerait pas ses efforts pour se donner une allure solide et plus flatteuse que celle de ses rivaux. Y compris le Nissan Magnite, son cousin japonais établi sur la même plateforme mécanique. A cela, une raison simple : il semblait impossible pour le patron du design du Groupe Renault d’espérer imposer le Kiger sur un marché encombré de sept concurrents bien établis, sans le doter d’un attrait particulier. C’est dire le niveau des exigences du consommateur sur le marché indien, quatrième au monde par la taille.

Renault veut glisser sur la vague du SUV en Inde avec un Kiger conçu et assemblé localement

A l’instar de son homologue européen, l’automobiliste indien s’est laissé emporter par la vogue du véhicule haut sur pattes, dont les ventes ont doublé en cinq ans. A cette différence près que les contraintes locales (pouvoir d’achat et fiscalité) placent le gros de la demande un cran en-dessous du Renault Captur (4,23 mètres). Plus court de 23 centimètres — afin d’échapper à la surtaxe locale — le Kiger se veut une alternative plus simple et bien meilleur marché au Captur européen.

Les tarifs n’étaient pas dévoilés à l’heure où nous écrivions ces lignes, mais ceux du Nissan Magnite construit sur la même plateforme dite CMF-A doivent servir d’indication : autour de 5,5 et 9,5 roupies de Lakh, soit 6.500 euros à 10.800 euros environ. De quoi rivaliser avec les Toyota Urban Cruiser, Mahindra XUV300, Tata Nexon, Maruti Suzuki Vitara Brezza et autres Kia Sonet et Hyundai Venu de fabrication locale.

En passant du stade de concept-car à la série, le Renault Kiger a perdu ses grandes roues — mais pas son charme

En assemblant sur place un petit SUV séduisant, au tarif jugé compétitif, le constructeur français démontre un savoir-faire qui semblait, voici quelques années, devoir rester l’apanage du gé[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Renault va abandonner la Twingo, condamnée par les normes européennesAvec Triber, Renault persiste dans les modèles à très bas coûtsRenault lance Triber, un mini-monospace à très bas coûtsLa Renault Kwid démontre qu'on peut innover sur les marchés émergentsGérard Detourbet, le père des Dacia et de la Kwid à 4.000 euros est mort