La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 068,59
    -125,57 (-1,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 229,56
    -70,05 (-1,63 %)
     
  • Dow Jones

    34 265,37
    -450,02 (-1,30 %)
     
  • EUR/USD

    1,1355
    +0,0037 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 836,10
    -6,50 (-0,35 %)
     
  • BTC-EUR

    32 270,15
    -2 937,94 (-8,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    870,86
    +628,18 (+258,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,83
    -0,72 (-0,84 %)
     
  • DAX

    15 603,88
    -308,45 (-1,94 %)
     
  • FTSE 100

    7 494,13
    -90,88 (-1,20 %)
     
  • Nasdaq

    13 768,92
    -385,10 (-2,72 %)
     
  • S&P 500

    4 397,94
    -84,79 (-1,89 %)
     
  • Nikkei 225

    27 522,26
    -250,67 (-0,90 %)
     
  • HANG SENG

    24 965,55
    +13,20 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,3546
    -0,0055 (-0,40 %)
     

Khashoggi : l’ambassade saoudienne exige la libération de l’homme arrêté

·1 min de lecture
Selon l'ambassade d'Arabie saoudite à Paris, le ressortissant saoudien interpellé à Paris mardi matin n'a aucun lien avec l'assassinat de Jamal Khashoggi.
Selon l'ambassade d'Arabie saoudite à Paris, le ressortissant saoudien interpellé à Paris mardi matin n'a aucun lien avec l'assassinat de Jamal Khashoggi.

L?ambassade d?Arabie saoudite à Paris a affirmé, mardi 7 décembre au soir, que le Saoudien interpellé dans la matinée de mardi n?a « aucun lien » avec la disparition du journaliste, assassiné en 2018 dans l?ambassade saoudienne d?Istanbul (Turquie). Dans un tweet lapidaire, elle demande par ailleurs la « libération immédiate » de l?homme concerné, ajoutant que les vrais « coupables du meurtre » purgent déjà leur peine en Arabie saoudite.

L?homme, qui a présenté un passeport au nom de Khalid Alotaibi, a été interpellé mardi matin à l?aéroport parisien de Roissy-Charles-de-Gaulle au moment où il s?apprêtait à prendre l?avion pour Riyad et placé en rétention judiciaire, selon une source proche du dossier. Cette interpellation est intervenue trois jours après la rencontre du président français Emmanuel Macron avec le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à Djeddah.

Collaborateur du Washington Post et critique du régime saoudien après en avoir été proche, Jamal Khashoggi a été assassiné et son corps découpé en morceaux dans le consulat d?Arabie saoudite à Istanbul, où il s?était rendu pour récupérer un document. Ce meurtre a plongé l?Arabie saoudite dans l?une de ses pires crises diplomatiques et terni l?image du prince héritier, dit « MBS », désigné par des responsables turcs et américains comme le commanditaire du meurtre.

À LIRE AUSSIArabie saoudite : MBS, la fin des illusions

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles