La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    44 517,91
    -7 141,95 (-13,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

La keynote de Ronald Cohen

·1 min de lecture

Ronald Cohen, fondateur du fonds d'Apax et père de l'investissement social estime que le Covid a accéléré un grand changement de valeurs.

La keynote de Ronald Cohen

En direct de Tel-Aviv, la ville « no limit » par excellence, le financier Ronald Cohen, fondateur du fonds Apax, père de l'investissement social et auteur du livre Impact. Quand l'argent a du cœur (éd. Saint-Simon), l'a martelé d'entrée : « Les grandes crises ont besoin de grandes mesures. Le Covid a secoué beaucoup de nos idées et de nos habitudes. » En réalité, la pandémie n'a fait qu'accélérer une tendance qui pointait déjà.

Ronald Cohen identifie trois facteurs qui rebattent les cartes. Premièrement, un « énorme changement de valeurs » . Selon lui, « les jeunes ne veulent pas travailler dans des entreprises qui font du mal à l'environnement, notamment, et les jeunes investisseurs veulent mettre leur argent dans des entreprises à impact » . Deuxième moteur du changement, la technologie.

« Aujourd'hui, l'intelligence artificielle, le machine learning ou la réalité augmentée nous permettent de créer de l'impact globalement. » Et enfin, troisième facteur, ces mêmes technologies donnent la possibilité de mesurer cet impact sur les personnes, les emplois ou encore le climat. Selon Ronald Cohen, les régulateurs du monde entier planchent sur cette question. Et, espère-t-il, d'ici trois à cinq ans, ces mesures spécifiques, comme celles aujourd'hui en cours dans les agences de notation, devraient être opérationnelles.

De quoi peser sur les conseils d'administration, qui ont, pour beaucoup, « des pensées très traditionnelles et ne voient pas le monde changer ». Ronald Cohen y croit : « L'impact va tout changer, comme la technologie l'a fait ! »


I. F.

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi