Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 724,32
    +97,19 (+1,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 043,02
    +66,89 (+1,34 %)
     
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,15 (+0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,0910
    +0,0040 (+0,37 %)
     
  • Gold future

    2 416,00
    -5,90 (-0,24 %)
     
  • Bitcoin EUR

    54 915,67
    +1 434,26 (+2,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 251,18
    +52,61 (+4,39 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,18
    -0,44 (-0,53 %)
     
  • DAX

    18 748,18
    +213,62 (+1,15 %)
     
  • FTSE 100

    8 252,91
    +29,57 (+0,36 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,34 (-2,45 %)
     
  • HANG SENG

    18 293,38
    +461,05 (+2,59 %)
     
  • GBP/USD

    1,2989
    +0,0074 (+0,58 %)
     

Kevin Mayer : escapade amoureuse à Budapest avec sa compagne

©Laurent Lairys / Panoramic / Bestimage

Dans la capitale européenne pour les championnats du monde d’athlétisme, Kevin Mayer et Delphine Jariel en profitent pour découvrir Budapest en amoureux.

Alors que Kevin Mayer, décathlonien français, a été contraint de déclarer forfait aux championnats du monde d’athlétisme, organisés à Budapest, il a pu compter sur sa compagne, Delphine Jariel, pour lui faire oublier sa contre-performance. Le couple, qui est dans la capitale européenne pour l’évènement, a donc profitéles richesses culturelles de la ville.

Sur Instagram, la jeune femme a posté un carrousel de photos. En légende, elle écrit : « Les aventures de Budapest. » Le couple,accompagné de certains de ses amis, semble avoir passé de bons moments. Entre visites, coucher de soleil ou après-midi à la piscine, Kevin Mayer à visiblement profité de cette escapade malgré sa déception sportive. Les amoureux n’ont cependant pas oublié la raison de leur venue en Hongrie, puisqu’on les aperçoit souriants dans les tribunes du stade de Budapest, alors qu’ils devaient sûrement soutenir les autres athlètes français.

...Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi