La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    31 029,41
    -372,60 (-1,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    -0,0099 (-0,81 %)
     
  • Gold future

    1 727,90
    -47,50 (-2,68 %)
     
  • BTC-EUR

    39 113,89
    -2 532,48 (-6,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    947,98
    +14,84 (+1,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,69
    -1,84 (-2,90 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 228,64
    +109,21 (+0,83 %)
     
  • S&P 500

    3 824,82
    -4,52 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3955
    -0,0058 (-0,41 %)
     

Kering plonge en Bourse, plombé par Gucci

·2 min de lecture

Gucci déçoit et Kering en fait les frais. A la Bourse de Paris, l'action du spécialiste du luxe dégringole de plus de 8% à l'ouverture, les investisseurs accueillant mal le ralentissement des ventes de sa marque-phare. La locomotive du groupe, qui avait frôlé les 10 milliards d'euros de ventes en 2019, a en effet marqué le pas en 2020, à 7,4 milliards d'euros. La griffe italienne "a retrouvé une dynamique favorable et encourageante auprès des clientèles locales, notamment en Chine continentale, qui a bénéficié du rapatriement de la demande chinoise", estime toutefois Kering. Mais force est de constater que les ventes de Gucci au cours du quatrième trimestre sont restées en retrait de -10,3% (en données organiques) alors que les deux autres principales marques du groupe, Bottega Veneta et Yves Saint Laurent amorcent une reprise.

Le groupe Kering s'est dit "prêt à tirer parti de la reprise" en 2021, après avoir limité l'impact de la crise sur ses performances l'an dernier grâce à ses ventes en Asie et en Amérique du nord, même si sa marque-phare Gucci peine à rebondir. "Dans une année de bouleversements, Kering a fait preuve d'une grande résilience et d'une remarquable agilité. Nous sortons renforcés de la crise et prêts à tirer parti de la reprise", a estimé le PDG du groupe, François-Henri Pinault, cité dans le communiqué mercredi.

>> A lire - Kering (Gucci, YSL) a-t-il versé des "rémunérations offshore" à des dirigeants ?

Le chiffre d'affaires du groupe s'est élevé à 13,1 milliards d'euros, en baisse de 17,5% en données publiées, une évolution des ventes similaire à celle du numéro un mondial du luxe LVMH qui a publié fin janvier ses résultats annuels. En 2020, le groupe de François-Henri Pinault a vu son résultat net se replier de 6,9% sur un an, à 2,15 milliards d'euros, tandis que sa marge opérationnelle courante s'est élevée à 23,9% (contre 30,1% un an plus tôt).

Le groupe - qui va proposer le versement aux actionnaires d'un dividende de 8 euros par action, soit (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La descente aux enfers d’Euronews, en pleine crise financière
Vélib' : 4 millions d'euros de plus par an pour Smovengo
Amazon ouvre sa première usine en Inde
Faire rénover et entretenir son habitat en toute confiance en Nouvelle-Aquitaine
L'action Technip Energies s'envole pour sa 1ère séance de Bourse