La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 262,96
    -64,83 (-0,19 %)
     
  • Nasdaq

    13 442,06
    +63,01 (+0,47 %)
     
  • Nikkei 225

    28 406,84
    +582,01 (+2,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,2220
    +0,0064 (+0,53 %)
     
  • HANG SENG

    28 593,81
    +399,72 (+1,42 %)
     
  • BTC-EUR

    35 631,32
    +599,90 (+1,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 219,13
    -34,01 (-2,71 %)
     
  • S&P 500

    4 159,23
    -4,06 (-0,10 %)
     

Kering défile sur le Web

·2 min de lecture

En prenant 5 % de Vestiaire Collective, le géant français élargit sa palette digitale. Objectif : s’imposer dans l’e-commerce de luxe.

Sa doudoune Moncler vert épinard? Giovanna en demande 230 euros, pas plus. Le sac besace Alma BB en cuir Louis Vuitton cédé par Léna ? 1 059,71 euros précisément. Les fashionistas du Web jugeront si c’est ou non l’affaire du siècle. L’empire du luxe Kering (13,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2020), lui, a tranché. Début mars, son PDG François-Henri Pinault a annoncé qu’il prenait 5 % du capital du dépôt-vente en ligne Vestiaire Collective, riche de milliers de produits de luxe d’occasion, parmi lesquels ceux de Giovanna et Léna.

Prime aux jeunes

Kering, propriétaire de Gucci, Saint Laurent, Alexander McQueen, Balenciaga ou Bottega Veneta, s’est associé au fonds Tiger Global pour injecter à eux deux 178 millions d’euros dans l’entreprise. Car le Web change la donne sur le vêtement d’occasion. "Le luxe de seconde main est une tendance réelle et profonde, en particulier parmi les jeunes consommateurs, expliquait François-Henri Pinault lors de l’opération. Plutôt que de l’ignorer, nous voulons saisir cette opportunité." Devenue licorne début mars, Vestiaire Collective a doublé son volume de transactions en 2020 et compte 11 millions d’utilisateurs. Kering veut en faire un atout pour ses différentes maisons. Exemple avec Alexander McQueen, qui s’est allié avec le site en février. Quand un de ses membres vend un vêtement de cette marque, il reçoit une somme d’argent ou un bon d’achat majoré pour s’offrir de nouvelles créations dans ses boutiques. Malin…

Mais pas de contraintes, chaque griffe reste libre. Si McQueen a noué un partenariat avec Vestiaire Collective, Gucci s’est entendu avec un concurrent, le site The Real Real. "Le digital a déjà bouleversé notre industrie à beaucoup de niveaux, explique Grégory Boutté, directeur du digital et de l’engagement client de Kering depuis décembre 2017. Nous nous sommes embarqués dans cette tendance et avons pris les choses à bras-le-corps." C’est la guerre, et le groupe se veut pragmatique. François-Henri Pinault fai[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi