La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 231,17
    -248,43 (-0,72 %)
     
  • Nasdaq

    14 129,23
    +59,81 (+0,43 %)
     
  • Nikkei 225

    29 161,80
    +213,07 (+0,74 %)
     
  • EUR/USD

    1,2126
    +0,0019 (+0,16 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,23 (+0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    33 050,80
    +1 911,09 (+6,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 001,82
    +32,98 (+3,40 %)
     
  • S&P 500

    4 236,01
    -11,43 (-0,27 %)
     

Kellogg's, Franprix... quand les grandes marques se mettent à la vente en vrac

·1 min de lecture

Barilla, Babybel, Carte noire, Kellogg’s, Skip, Uncle Ben’s… Les grandes marques se bousculent pour se placer dans les rayons «vrac». Un véritable revirement, depuis que les industriels ont pris conscience, l’an dernier, des enjeux sociétaux (et commerciaux) attachés à cette forme de vente. Car le secteur explose littéralement : le marché du vrac a été multiplié par neuf depuis 2015, pour atteindre 1,3 milliard d’euros en 2020 et pourrait bien dépasser les 3 milliards d’ici à 2022 !

«Le vrac répond à une attente consommateur forte», confirme Richard Panquiault, directeur général de l’Institut de liaisons et d'études des industries de consommation. Cet organisme, qui rassemble 90 multinationales des produits de grande consommation, prend le sujet tellement au sérieux qu’il a lancé une expérimentation de rayon vrac avec les magasins Franprix. «Le premier avantage identifié par les clients est de pouvoir acheter la juste dose, celle qui répond exactement à leur besoin», explique le dirigeant. La réduction des emballages et la lutte contre le gaspillage, souvent mises en avant, arrivent ensuite. Elles rejoignent les objectifs environnementaux des entreprises, comme Mustella, qui teste en pharmacie un distributeur de crème bébé afin de d’abandonner progressivement les conditionnements plastiques.

>> A lire aussi - Biocoop : comment le pro du bio résiste à Carrefour et Leclerc

«La question n’est plus de savoir si les marques doivent y aller, mais comment et à quel prix», estime François (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Hémorragie sur l’emploi dans la finance en France en avril
Gare à un retour de la volatilité à Wall Street : le conseil Bourse du jour
Pierre et Vacances : les Center Parcs vont monter en gamme, "modernisation radicale"
Bayer sabre dans l’emploi en France, le site de Lyon très touché
SNCF : Eurostar échappe à une faillite imminente