Publicité
Marchés français ouverture 4 h 22 min
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,10 (+0,62 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,32 (-2,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0892
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    18 125,98
    -167,40 (-0,92 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 241,54
    +2 703,28 (+4,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 280,51
    +81,94 (+6,84 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     

Karl Olive ne sera finalement pas sanctionné après sa tribune dans le Journal du dimanche

JOEL SAGET / AFP

La décision est tombée et elle est plutôt clémente. Karl Olive ne sera pas sanctionné pour avoir publié une tribune dans le Journal du dimanche fin juillet, d'après des informations de BFMTV.

Le député Renaissance avait ignoré les consignes de Sylvain Maillard, le patron des élus macronistes à l'Assemblée nationale, qui avait demandé à ses troupes de ne pas s'exprimer dans le journal, désormais dirigé par Geoffroy Lejeune, longtemps figure de Valeurs actuelles.

Une seconde polémique après une interview ministérielle

Député des Yvelines, ex-maire de Poissy et ancien journaliste de Canal+, Karl Olive, chez qui Emmanuel Macron avait effectué son premier déplacement de campagne présidentielle en 2022, avait signé un texte fin juillet dans le journal intitulé: "Allons sentir le cul des vaches!".

PUBLICITÉ

Il y vantait notamment "la démocratie de proximité et la démocratie participative" et plaidait pour la fin de l'interdiction du cumul des mandats au Parlement pour les maires, l'un de ses chevaux de bataille.

Une première polémique avait déjà émergé au sein de la majorité après une interview de la nouvelle secrétaire d'État à la Ville Sabrina Agresti-Roubache dans le premier numéro du JDD nouvelle formule.

Oui pour répondre au JDD mais pas au nom du groupe Renaissance

Pour tenter de clôre le sujet, Sylvain Maillard avait indiqué sur son compte X (ex-Twitter) que la contribution de Karl Olive n'engageait en aucun cas" les députés du groupe macroniste.

"Je réunirai le bureau du groupe Renaissance à la rentrée pour donner suite", avait encore précisé le député de Paris.

Lors de cette réunion ce mardi, le principe d'une sanction n'a donc pas été retenu mais la ligne a été clarifiée. Les élus Renaissance peuvent bien répondre au JDD mais en leur seul nom et non au nom du groupe.

Si la nuance peut sembler ténue, elle permet aux députés Renaissance de ne pas se priver de ce relais médiatique tout en évitant de mettre dans l'embarras la majorité.

Nombre d'observateurs voient dans l'arrivée de Geoffroy Lejeune la main de Vincent Bolloré, milliardaire aux opinions réputées ultra-conservatrices. Vivendi, le groupe de Vincent Bolloré détenant Canal+ et ses chaînes (dont CNews et C8), est en train d'absorber Lagardère, propriétaire du JDD, de Paris Match et d'Europe 1, après une offre publique d'achat réussie.

Article original publié sur BFMTV.com