Marchés français ouverture 8 h 51 min
  • Dow Jones

    34 021,45
    +433,79 (+1,29 %)
     
  • Nasdaq

    13 124,99
    +93,31 (+0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    27 448,01
    -699,50 (-2,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,2086
    +0,0010 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    27 718,67
    -512,37 (-1,81 %)
     
  • BTC-EUR

    40 760,45
    -3 925,95 (-8,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 340,15
    -47,76 (-3,44 %)
     
  • S&P 500

    4 112,50
    +49,46 (+1,22 %)
     

Karima Delli, l’eurodéputée verte qui défie Xavier Bertrand dans les Hauts-de-France

·2 min de lecture

Karima Delli, tête de liste de l'union de la gauche, défie Xavier Bertrand dans les Hauts-de-France pour les régionales. Portait d'une eurodéputée atypique.

Lorsqu’elle a été élue pour la première fois eurodéputée, il y a un peu plus d’une décennie, l’écologiste avait 29 ans. A l’époque, Karima Delli clamait qu’elle voulait "dépoussiérer et bousculer le Parlement." A Strasbourg, les vieux de la vieille la regardaient avec condescendance. L’un d’eux, un ex Premier ministre, avait même demandé à la militante altermondialiste comment elle osait s’adresser à lui… Beaucoup pariaient que les institutions allaient calmer son ardeur, parfois brouillonne, d’activiste co-fondatrice de collectifs citoyens, comme "Jeudi Noir", pour aider les sans-abris, ou le très loufoque, "Sauvons les Riches", qui avait décerné à Jean Sarkozy, le "prix du fils à papa".

Pourtant, en deux mandats, la fille d’ouvrier algérien, née à Roubaix et élevée à Tourcoing, a fait un sacré chemin. Cette 9e enfant d’une famille de 13, poussée par un de ses professeurs à entrer à Sciences Po Lille après un BTS, s’est imposée dans le milieu feutré des institutions communautaires. Elle a appris à canaliser son énergie, à peaufiner sa stature d’élue, s’appropriant les dossiers (à commencer par le logement), à devenir une vraie politique, à parler moins, à esquiver les questions qui la dérangent ou à répondre à côté, à contrôler son image.

En moins de dix ans, elle est devenue une incontournable de l’hémicycle. Non seulement elle est, depuis janvier 2017, Présidente de Commission (une des 11 femmes sur les 27 du Parlement, et la seule Française), mais encore elle dirige la puissante Commission des transports et du tourisme, où elle s’est forgé l’image de bête noire des lobbys automobiles, en particulier ceux du diesel.

Pas de bla-bla, de l’action !

"Je déteste le bla-bla, mieux vaut l’action", commente-t-elle, pointant qu’elle a "toujours traité de sujets qui ont un impact direct sur le quotidien des gens." Ainsi s’est-elle occupée notamment d’habitat durable, de rénovation thermique des bâtiments, d’urbanisme du futur, de "garantie jeunesse" (pour ne pas laisser[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi