Marchés français ouverture 7 h 12 min
  • Dow Jones

    33 587,66
    -681,50 (-1,99 %)
     
  • Nasdaq

    13 031,68
    -357,75 (-2,67 %)
     
  • Nikkei 225

    28 147,51
    -461,08 (-1,61 %)
     
  • EUR/USD

    1,2080
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    28 231,04
    +217,23 (+0,78 %)
     
  • BTC-EUR

    42 650,31
    -4 530,65 (-9,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 475,23
    -88,60 (-5,67 %)
     
  • S&P 500

    4 063,04
    -89,06 (-2,14 %)
     

La justice demande à des propriétaires de baskets de les renvoyer au vendeur

·1 min de lecture

Elles avaient fait scandale à la fin du mois de mars. Et pour cause, les "Satan shoes" ("baskets sataniques" en français), une série de chaussures de la marque Nike créées et mises en vente par la société MSCHF, spécialisée dans les produits en série limitée, contenaient une goutte de sang. Réalisées en partenariat avec le rappeur Lil Nas X, elles avaient ensuite été interdites par la justice après le recours de Nike qui l'accusait de contrefaçon et de dilution de la marque.

Selon la BBC, la justice américaine vient de demander à tous les possesseurs de cette série limitée de renvoyer les modèles à leur vendeur. Selon la marque de sport américaine, MSCHF a accepté de procéder au rappel de façon volontaire dans le cadre d'un règlement à l'amiable. Car sur les 666 paires fabriquées, 665 avaient été vendues au prix de 1.018 dollars (soit 9259,03 euros) en moins d'une minute, et expédiées à leurs acquéreurs. Mais Nike ne voulant pas que cette série ne porte atteinte à son image, MSCHF devra ainsi rembourser intégralement ses clients. Pour la dernière paire qui n'a pas encore été vendue, le groupe a tout de même précisé qu'il la garderait.

>> A lire aussi - La livraison des baskets "sataniques" interdite, après le recours de Nike

Dans un communiqué, Nike estime que "MSCHF a modifié ses chaussures sans son autorisation et qu'elle n'avait rien à voir avec ces modèles de Satan ou de Jésus". Car dans cet accord obtenu par Nike, sont concernées également les baskets qu'avait créées la société (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les salariés d’Amazon dans l’Alabama votent contre la création du syndicat
Boeing 737 Max : 16 compagnies appelées à corriger un problème électrique potentiel
Vaccin : comment Pfizer/BioNTech a pris des risques et a gagné son pari
Sud Radio dans le collimateur de YouTube
100.000 euros de bijoux dérobés : impressionnant braquage dans un célèbre palace parisien