La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 906,12
    -143,14 (-0,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Justice : Au tribunal de Bobigny, des magistrats à bout de souffle

Caroline Politi

REPORTAGE - Au moins 49 magistrats supplémentaires sont nécessaires pour faire « tourner » le tribunal de Bobigny, deuxième juridiction de France, et soulager des professionnels au bord de la rupture

A peine passé les portes de la grande cour d’assises du tribunal judiciaire de Bobigny, en Seine-Saint-Denis, on ne voit qu’elles, ces robes noires et rouges flottant le long du mur. Il y en a 49, symbolisant le nombre de magistrats qu’il faudrait en plus pour faire « tourner » la deuxième juridiction de France. Mais un an après la publication d’une tribune dans le Monde pointant la souffrance au travail de ce corps d’ordinaire silencieux, et alors que se tenait ce mardi une nouvelle journée de mobilisation, tous les professionnels sont unanimes : rien n’a changé. Ou plutôt si : la situation s’est encore dégradée.

« On est autant que l’année dernière – 140 –, mais de nouvelles réformes sont entrées en vigueur, ce qui entraîne une augmentation du travail à effectif constant », entame Maximin Sanson, vice-président du tribunal de Bobigny et délégué de l’Union syndicale des magistrats. Depuis cette année, le juge des libertés et de la détention doit par exemple surveiller que les mesures d’enfermement dans les hôpitaux psychiatriques sont légales. La réforme de la justice des mineurs, elle, engorge le plus gros tribunal pour enfants de l’Hexagone. « Le texte est entré en vigueur il y a un an, et on a déjà du mal à(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Justice : « On y laisse notre santé … » Entre colère et lassitude, les magistrats à nouveau mobilisés
Justice : Les syndicats de magistrats appellent à la grève le 22 novembre
Un procès ne peut être annulé si l’enquête qui l’a précédé a traîné en longueur, pour la Cour de cassation