Marchés français ouverture 8 h 53 min
  • Dow Jones

    31 535,51
    +603,14 (+1,95 %)
     
  • Nasdaq

    13 588,83
    +396,48 (+3,01 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • EUR/USD

    1,2053
    -0,0035 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    29 452,57
    +472,36 (+1,63 %)
     
  • BTC-EUR

    40 790,80
    +2 995,50 (+7,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,63
    +54,40 (+5,86 %)
     
  • S&P 500

    3 901,82
    +90,67 (+2,38 %)
     

Les "Justes" rwandais, héros "maudits" du génocide

·1 min de lecture

Alors que les plaies du génocide rwandais restent à vif, le journaliste et écrivain Jean Hatzfeld a consacré son sixième livre, Là où tout se tait (Gallimard 2021), aux rares Hutus qui ont refusé de céder à la folie meurtrière et ont protégé des Tutsis, malgré les pressions de leur camp. Au micro de Sophie Larmoyer dimanche, Jean Hatzfeld explique que ces "Justes" souffrent d'un manque de reconnaissance, à la fois du côté des Tutsis mais aussi des Hutus qui les considèrent comme des traîtres. 

>> LIRE AUSSI - Le financier présumé du génocide rwandais Félicien Kabuga arrêté près de Paris

Très peu nombreux, les "Justes" rwandais, décrits par Jean Hatzfeld, sont ceux "qui s'opposaient à tuer et qui risquaient une mort immédiate". Le génocide a en effet été d'une "violence extrême et rapide", poursuit le journaliste. Entre avril et juillet 1994, plus de 800.000 Rwandais ont été tués dans la guerre civile qui a opposé le gouvernement, composé de Hutus, au Front patriotique rwandais, le FPR.

Une violence extrême et soudaine 

"Par exemple - explique Jean Hatzfeld - on a tué 51.000 personnes en sept semaines à Nyamata", une ville où l'écrivain se rend régulièrement pour tenter de comprendre ce massacre. "Les Rwandais ont été pris par la soudaineté extrême de la violence", résume-t-il, précisant que "80% des personnes qui ont été tuées l'ont été à l'arme blanche, c'est-à-dire, les yeux dans les yeux. Cela change considérablement le souvenir que l'on peut avoir de ces événements&...


Lire la suite sur Europe1