Marchés français ouverture 6 h 59 min
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,68 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,31 (+0,95 %)
     
  • Nikkei 225

    27 404,16
    +21,60 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0878
    +0,0004 (+0,03 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,10 (+0,54 %)
     
  • BTC-EUR

    21 864,23
    +439,56 (+2,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    540,20
    +23,19 (+4,49 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     

Jusqu’au bout, 2022 aura été l’année de l’urgence climatique

ChatGPT, nouveau cauchemar du corps enseignant après Wikipédia ? L’arrivée de cet agent conversationnel, capable d’écrire des textes en langage naturel sur la base de requêtes formulées par les internautes, est vue avec inquiétude par une partie des enseignants. Déjà, des mesures de restriction émergent pour limiter l’accès et l’usage de ChatGPT.

Un exemple récent vient des États-Unis. Le département en charge de l’éducation dans la ville de New York a décidé de bannir cet outil fondé sur des algorithmes et des procédés issus de l’intelligence artificielle. Un bannissement qui ne peut être que partiel, forcément. Seuls les postes informatiques dans les établissements scolaires sont concernés.

Citée par Motherboard le 4 janvier, la porte-parole du département a confirmé que l’interdiction s’appliquait aux réseaux et les appareils des écoles publiques de New York, en raison des « préoccupations concernant la sécurité et l’exactitude du contenu ». Les autorités de la ville jugent que l’usage sans encadrement de ChatGPT risque d’avoir un impact négatif sur l’apprentissage.

« Bien que l’outil puisse être en mesure de fournir des réponses rapides et faciles aux questions, il ne permet pas de développer des compétences de réflexion critique et de résolution de problèmes, qui sont essentielles à la réussite scolaire et à la réussite tout au long de la vie », a poursuivi la représentante du département.

Cette nouvelle politique comporte néanmoins une faille béante en l’état : rien ne peut empêcher aujourd’hui les élèves de se connecter à ChatGPT depuis leur domicile et de lui demander de faire certains devoirs à leur place.

[Lire la suite]