Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 312,25
    +1 331,37 (+2,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 377,86
    +46,96 (+3,53 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Jusqu'à 38 degrés: une nouvelle vague de chaleur tardive arrive sur l'Hexagone

Après une canicule tardive, une vague de chaleur tardive. La météo maussade va laisser place à une forte hausse du mercure sur l'Hexagone dès ce lundi. Une vague de chaleur qui viendra du Sud-ouest, à cause d'un anticyclone bloqué en Europe du Nord, et d'une "goutte froide" sur le Portugal, qui dirigera "sur le pays une masse d’air très chaud", en provenance d'Afrique du Nord, détaille Météo-France.

Lundi, le mercure dépassera les 30°C sur la quasi-totalité de l'Hexagone dans l'après-midi. Les maximales seront comprises entre 32 à 35°C dans le Sud, avec des pointes allant jusqu'à 37 ou 38°C par endroits, notamment en Nouvelle-Aquitaine.

Un épisode de chaleur qui "s'annonce remarquable"

Cette vague de chaleur tardive devrait durer une grande partie de la semaine prochaine, "en s'exportant progressivement au Nord et à l’Est", ajoute l'institut météorologique. "Aucun véritable rafraîchissement n’est entrevu avant au moins le week-end prochain", explique également Météo-France. La nuit, les températures seront également élevées, avec des seuils de canicule frôlés.

PUBLICITÉ

"La durée de cet épisode de fortes chaleurs tardif, combiné à son intensité, s'annonce remarquable à l’échelle du pays", conclut Météo-France.

Vers un mois de septembre record?

Après un mois de juillet record et une canicule tardive après la mi-août, le mois de septembre pourrait-il être le plus chaud jamais enregistré? Pour Jean Jouzel, climatologue et ancien membre du GIEC, invité de BFMTV ce dimanche, "on ne peut pas le savoir début septembre, mais c'est loin d'être impossible".

"Nous allons avoir en 2023 deux périodes caniculaires tardives assez exceptionnelles, celle de fin août et celle qui se prépare à la mi-septembre", a-t-il ajouté.

Conséquences du réchauffement climatique, les vagues de chaleur tardives pourraient en tout cas se multiplier d'ici 2050. "Nous sommes rentrés dans cette période d'un réchauffement climatique, qui se traduit par des vagues de chaleur plus précoces ou tardives, intenses et fréquentes. C'est ce que nous envisageons depuis une cinquantaine d'années", confirme le scientifique.

Article original publié sur BFMTV.com