La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 277,19
    -465,63 (-1,34 %)
     
  • Nasdaq

    13 340,18
    -61,67 (-0,46 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2173
    +0,0038 (+0,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 043,41
    -1 571,19 (-3,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 497,37
    +1 254,69 (+517,02 %)
     
  • S&P 500

    4 146,59
    -41,84 (-1,00 %)
     

Julian Bugier : ses confidences déchirantes sur la mort de son père

·1 min de lecture

Il est l'une des figures incontournables du PAF. Chaque jour, Julian Bugier est aux manettes du journal télévisé du 13h de France 2. Autodidacte, le journaliste de 40 ans n'a pas choisi son métier par hasard. En effet, l'ancien présentateur du magazine économique Tout compte fait, sur la deuxième chaîne, marche dans les pas de son père, Jacques Bugier. Décédé le 10 juin 2013, ce dernier a notamment travaillé pour Le Monde. Dans une interview accordée à l'hebdomadaire Nous Deux mardi 13 avril 2021, Julian Bugier s'est confié sur la mort de son papa, qui tenait une place "important[e] dans [sa] vie".

Lorsque Jacques Bugier est mort, son fils était âgé de 32 ans. "Il est parti beaucoup trop tôt", a déclaré Julian Bugier auprès de nos confrères. Et de mettre en lumière sa carrière qui l'a beaucoup inspiré : "C'est quelqu'un que j'admirais beaucoup, qui m'a beaucoup influencé dans le choix de cette belle profession." Des confidences on ne peut plus touchantes.

À l'occasion de cet entretien, Julian Bugier a également évoqué celle qui l'a mis au monde. "Je tiens à rendre hommage à ma maman qui est aussi mon socle", a-t-il poursuivi. Et pour cause, sa mère l'a "secoué quand [il] en avai[t] besoin", et continue de l'"accompagne[r] encore aujourd'hui". En effet, elle lui "envoie régulièrement des textos pour [lui] dire ce qu'elle n'a pas aimé, mais aussi quand c'est bien", a-t-il raconté. Et de conclure : "Il n'y a pas plus bienveillant ni plus sévère qu'une maman. Elle me dit ce que personne (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite