La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 858,47
    -138,51 (-0,45 %)
     
  • Nasdaq

    13 570,61
    +27,55 (+0,20 %)
     
  • Nikkei 225

    28 822,29
    +190,84 (+0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,2143
    -0,0031 (-0,26 %)
     
  • HANG SENG

    30 159,01
    +711,16 (+2,41 %)
     
  • BTC-EUR

    27 396,66
    -93,06 (-0,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    670,23
    -6,67 (-0,99 %)
     
  • S&P 500

    3 841,27
    -0,20 (-0,01 %)
     

Julian Assange va rester en prison, a décidé la justice britannique

·2 min de lecture

Julian Assange est encore loin d'être tiré d'affaire. Le fondateur de WikiLeaks va rester derrière les barreaux au Royaume-Uni, dans la prison londonienne de haute sécurité de Belmarsh, rapporte l'AFP. La juge Vanessa Baraitser a refusé mercredi 6 janvier une remise en liberté de l'Australien de 49 ans, bien qu'il n'ait pas été condamné. Elle assure craindre une fuite de Julian Assange à l'étranger, lui qui bénéficie de nombreux soutiens, parmi lesquels de nombreuses organisations de défense de la liberté de la presse.

La même juge avait pourtant rejeté lundi la demande d'extradition du prisonnier vers le territoire américain. Mais les Etats-Unis ont décidé de faire appel de cette décision. Un nouveau jugement est donc attendu au Royaume-Uni. L'avocat du lanceur d'alerte, Edward Fitzgerald, a de son côté certifié au cours de l'audience que son client ne risquait plus de fuir, après la décision de lundi. Mais il n'a pas été entendu et sa demande de remise en liberté sous caution a été rejetée, comme toutes les précédentes.

Les arguments avancés par son avocat concernant les risques sur sa santé en prison en raison de la pandémie de Covid-19 n'ont pas non plus convaincu la juge.

Julian Assange a été arrêté en avril 2019 par la police britannique, après avoir passé sept ans confiné dans l'ambassade d'Equateur à Londres, où il s'était réfugié alors qu'il était en liberté sous caution. Il voulait éviter ainsi une éventuelle extradition vers les Etats-Unis ou la Suède, où il faisait l'objet de poursuites pour viol finalement abandonnées.

L'Australien risque jusqu'à 175 ans de prison outre-Atlantique pour avoir diffusé plus de 700 000 documents classifiés à partir de 2010, portant sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en lien notamment avec les guerres d'Irak et d'Afghanistan. Certains font état de crimes de guerre, comme la vidéo montrant des civils tués, dont deux journalistes de Reuters, par les tirs d'un hélicoptère de combat américain en Irak, en juillet (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le récit de la folle journée qui a conduit les partisans de Donald Trump à envahir le Congrés
La France comptera 500 centres de vaccination d'ici deux semaines, affirme Gabriel Attal
L'Olympique de Marseille met le stade Vélodrome à disposition pour la campagne de vaccination
Les Démocrates devraient obtenir la majorité au Sénat américain après leur victoire dans les deux élections en Géorgie
La justice britannique s'oppose à l'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis