La bourse ferme dans 4 h 24 min
  • CAC 40

    6 223,29
    +14,71 (+0,24 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 986,37
    +10,09 (+0,25 %)
     
  • Dow Jones

    33 730,89
    +53,62 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,1969
    -0,0014 (-0,12 %)
     
  • Gold future

    1 747,10
    +10,80 (+0,62 %)
     
  • BTC-EUR

    52 040,41
    -1 688,59 (-3,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 362,26
    -13,52 (-0,98 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,95
    -0,20 (-0,32 %)
     
  • DAX

    15 248,45
    +39,30 (+0,26 %)
     
  • FTSE 100

    6 975,35
    +35,77 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    13 857,84
    -138,26 (-0,99 %)
     
  • S&P 500

    4 124,66
    -16,93 (-0,41 %)
     
  • Nikkei 225

    29 642,69
    +21,70 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    28 793,14
    -107,69 (-0,37 %)
     
  • GBP/USD

    1,3772
    -0,0008 (-0,06 %)
     

Jugés pour avoir «insulté» Erdogan, deux comédiens acquittés

·1 min de lecture

En Turquie, deux célèbres comédiens poursuivis pour « insulte au chef de l’État » ont été acquittés ce lundi 1er mars par un tribunal d’Istanbul.

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Müjdat Gezen et Metin Akpinar s’illustrent sur les planches, dans des séries et au cinéma depuis plus d’un demi-siècle. Plusieurs générations de Turcs apprécient leur jeu, leur humour et leur franc-parler. Mais celui-ci a bien failli les mener en prison.

En décembre 2018, sur un plateau de télévision, les deux hommes n’avaient pas caché leur opposition à Recep Tayyip Erdogan. « Reste à ta place », avait lancé Müjdat Gezen au président. Metin Akpinar, plus véhément, avait évoqué le sort de certains dirigeants dans les régimes non-démocratiques. « Le leader pourrait finir pendu par les pieds ou empoisonné dans une cave », avait-il mis en garde.

À cause de ces mots, Müjdat Gezen et Metin Akpinar étaient poursuivis pour « insulte au chef de l’État ». Mais alors que le parquet réclamait la peine maximale, soit quatre années de prison, un tribunal d’Istanbul les a finalement acquittés.

Rien ne garantissait ce verdict. Selon les derniers chiffres officiels, entre l’élection de Tayyip Erdogan à la présidence en août 2014 et fin 2019, plus de 27 700 personnes ont été poursuivies pour « insulte ». Plus de 9 500 d’entre elles ont été condamnées, contre 4 300 qui ont bénéficié d’un acquittement.