La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 718,44
    -729,28 (-3,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

"Journée pull-over" : face aux prix de l'énergie, ce département envisage une solution originale

PIXABAY

Toutes les collectivités sont sur le qui-vive face à l'explosion des prix de l'énergie. Dans la région Pays de la Loire, tout particulièrement, beaucoup d'entreprises ont la peur au ventre, car elles doivent renégocier leur contrat d'énergie d'ici la fin de l'année. Or, les prix sont devenus démentiels. "C'est simple, au regard des cours actuels, notre facture d'énergie passerait de 2,5 millions d'euros à 11 millions d'euros. Ce qui engendrerait une augmentation de nos coûts de revient de 15%", déplore auprès de La Tribune la patronne de la société Ernest Soulard, spécialisée dans le foie gras et le canard. Les municipalités aussi sont incitées à faire des économies. Or malgré leurs efforts, elles se retrouvent déjà "en grandes difficultés", confie le président du Conseil départemental de Vendée, Alain Leboeuf.

Face à ces coûts qui deviennent insurmontables pour toutes les parties prenantes, le président du Conseil départemental de Mayenne, Olivier Richefou, a demandé à ses équipes de lui formuler des propositions pour réduire la consommation. Sur les 120 propositions obtenues, 53 ont été sélectionnées avec l'objectif de réduire de 10% les consommations d'énergie d'ici deux ans, contrairement à la date de 2030 fixée au préalable. Parmi ces mesures, il y a la baisse du chauffage demandé à 18°C et non 19°C comme l'a évoqué le gouvernement, mais aussi une "journée pull-over" ou "Fry wear" qui pourrait avoir lieu les vendredis, jours de grande consommation. Une idée étonnante au milieu (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Energie : les panneaux solaires photovoltaïques ont battu des records de production d'électricité cet été
Corse : colère des pompistes Esso face à la “concurrence déloyale” de Total
60 salariés de Facebook licenciés au hasard par une intelligence artificielle
Industriels de la défense et armées françaises s'engagent à s'adapter à l'"économie de guerre"
Énergie : contribution ou taxe sur les superprofits, voici ce qui les différencie