Marchés français ouverture 8 h 27 min
  • Dow Jones

    34 152,01
    +239,61 (+0,71 %)
     
  • Nasdaq

    13 102,55
    -25,55 (-0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 868,91
    -2,89 (-0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0174
    +0,0009 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    19 830,52
    -210,38 (-1,05 %)
     
  • BTC-EUR

    23 482,69
    -364,37 (-1,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    569,15
    -2,76 (-0,48 %)
     
  • S&P 500

    4 305,20
    +8,06 (+0,19 %)
     

Jour du dépassement: le système alimentaire mondial, premier responsable du déficit écologique

JIM WATSON / AFP

Ce jeudi 28 juillet, l’humanité a déjà consommé tout ce que la Terre est capable de produire en une année. Un déficit écologique qui se creuse depuis plus de 50 ans. Une des causes principales: notre système agroalimentaire.

A partir de ce jeudi 28 juillet, l’humanité vit à crédit. Nous avons consommé l’ensemble de la biocapacité de la Terre pour l’année, soit ce que les écosystèmes peuvent régénérer en une année. "A partir de cette date, nous vivons en déficit écologique, explique Véronique Andrieux, directrice générale du WWF France. Nous prélevons des ressources au-delà de leur seuil de renouvellement."

Autrement dit, nous consommons l’équivalent des capacités de 1,75 Terres. "Ce déficit écologique provoque l’effondrement de la biodiversité et le changement climatique. Et les conséquences se voient déjà, ici et maintenant: ce sont les incendies, la sécheresse précoce et intense, les canicules…", martèle Véronique Andrieux qui insiste sur l’intérêt d’un indicateur facilement compréhensible pour alerter sur les limites planétaires: "il faut aller au-delà de l’empreinte carbone. La comparaison avec une gestion en bon père ou bonne mère de famille, qui doit limiter au maximum son déficit, est compréhensible par le grand public. Cet indicateur nous permet d’expliquer que la Terre a des limites scientifiques indépassables."

Pourtant, depuis plus de 50 ans que cet indicateur existe, calculé par le Global Footprint Network et le WWF, le jour du dépassement intervient de plus en plus tôt; seules les crises financières, économiques ou sanitaires ont réussi à le faire reculer. Il serait toutefois possible de le faire reculer. Par exemple en agissant sur notre système alimentaire, premier responsable de cette surexploitation.

Selon le WWF, plus de la moitié des bio-capacités de la Terre (55%) sont en effet utilisées pour l’alimentation. Le système alimentaire serait ainsi responsable dans le monde de 27% des émissions de gaz à effet de serre, de 80% de la déforestation, 70% de la perte de biodiversité ou encore 70% de l’utilisation de l’eau douce.

"Il est certain que la production alimentaire a un impact très important sur l’environnement; nous sommes nombreux à manger, nombreux à manger n’[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles