Publicité
Marchés français ouverture 7 h 2 min
  • Dow Jones

    38 441,54
    -411,32 (-1,06 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,58
    -99,30 (-0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    38 556,87
    -298,50 (-0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0805
    -0,0002 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    18 477,01
    -344,15 (-1,83 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 561,37
    -664,16 (-1,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 453,54
    -31,15 (-2,10 %)
     
  • S&P 500

    5 266,95
    -39,09 (-0,74 %)
     

On a joué à Banishers: Ghosts of New Eden : Don’t Nod comme on les aime

Édité par Focus Interactive, Banishers: Ghosts of New Eden est un jeu qui ressemble à 100 % au studio Don’t Nod. Impressionnant dans ce qu’il raconte, un peu pénible quand l’action s’en mêle.

On dit souvent qu’il ne faut pas mélanger amour et travail. Les sentiments qu’éprouvent Antea Duarte et Red Mac Raith l’un pour l’autre les empêchent d’appliquer ce principe. Les deux amants sont des Banishers, des chasseurs d’esprits. Leur destin va basculer le jour où Antea va perdre la vie au cours d’une mission. De cette tragédie naîtra un dilemme pour Red, qui aime ce qu’il s’est promis de détester. En découlera aussi un choix cornélien : doit-il apaiser le fantôme d’Antea ou peut-il réaliser l’impossible en la ramenant à la vie ?

Attendu pour le 7 novembre sur PS5, Xbox Series S, Xbox Series X et PC, Banishers: Ghosts of New Eden est un jeu développé par Don’t Nod (Life is Strange). Et, dès les premières minutes, on sent la patte du studio parisien. Numerama a pu y jouer une petite heure à la gamescom, l’occasion de découvrir que la narration de Banishers: Ghosts of New Eden est aux petits oignons. On n’en dira pas autant, en revanche, de la partie action, trahissant un manque de savoir-faire des développeurs dans ce domaine (personne n’a oublié Vampyr et ses combats pénibles). Malgré tout, on a envie de suivre Antea et Red jusqu’au bout.

[Lire la suite]

Crédits photos de l'image de une : Banishers: Ghosts of New Eden // Source : Focus Interactive