Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 733,06
    +405,87 (+0,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 447,92
    -20,18 (-1,37 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

Avec « Que notre joie demeure », Kevin Lambert remporte le prix Décembre

©MAGALI COHENHans LucasHans Lucas via AFP

Le Canadien Kevin Lambert a remporté mardi 31 octobre le prix Décembre avec son roman : « Que notre joie demeure », malgré la polémique qui entourait son œuvre.

Ce mardi 31 octobre, Kevin Lambert a été récompensé pour « Que notre joie demeure » (éditions du Nouvel Attila), une fiction sur la chute d'une architecte accusée de chasser les pauvres de Montréal. Le prix a été créé en 1989 (sous le nom de prix Novembre) pour récompenser un roman oublié des autres prix littéraires d'automne. Mais, cette année, il vient avant les autres grands prix, comme le Femina, le Goncourt, le Renaudot et le Médicis.

Il est doté de 15 000 euros, avec le soutien de la fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent.

Une polémique autour d’un « sensitivity reader »

Avec son roman, critique grinçante de la bonne conscience des dominants, publié au Canada en septembre 2022, Kevin Lambert a suscité l'enthousiasme de la critique en France. En septembre, toutefois, son éditeur a alimenté la polémique en révélant que l'auteur avait eu recours aux services d'une relectrice canado-haïtienne pour vérifier à quel point un personnage d'origine haïtienne était crédible.

PUBLICITÉ

Si l'intervention d'un « sensitivity reader » est courante en Amérique du Nord, elle l'est beaucoup moins en France. Un ancien lauréat du prix Goncourt, Nicolas Mathieu, avait critiqué ce recours dans un post Instagram : « Faire de professionnels des sensibilités, d'experts des stéréotypes, de spécialistes de ce qui s'accepte et s'ose à un moment donné la boussole de notre travail, voilà qui nous laisse pour le moins circonspect ».

A lire aussi >>> Prix...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi