Publicité
Marchés français ouverture 7 h 19 min
  • Dow Jones

    38 647,10
    -65,11 (-0,17 %)
     
  • Nasdaq

    17 667,56
    +59,12 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    38 720,47
    -156,24 (-0,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,0743
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    18 112,63
    +174,79 (+0,97 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 195,32
    -1 330,21 (-2,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 418,09
    +5,14 (+0,36 %)
     
  • S&P 500

    5 433,74
    +12,71 (+0,23 %)
     

Johnny Hallyday : voici pourquoi il détestait sa villa de Marnes-la-Coquette

Johnny Hallyday : voici pourquoi il détestait sa villa de Marnes-la-Coquette
Sotheby's International Realty France

On ne compte plus les propriétés du rockeur à travers le monde. Entre sa maison à Ramatuelle, son chalet au ski à Gstaad ou encore sa villa à Saint-Barthélémy, Johnny Hallyday semblait couler des jours heureux avec sa compagne Laeticia. Oui, mais tout n'était pas rose dans la vie privée du chanteur. Ce dernier haïssait même sa maison de Marnes-la-Coquette, située dans l'Ouest parisien.

Johnny Hallyday : voici pourquoi il détestait sa villa de Marnes-la-Coquette

Si Laeticia Hallyday peine à vendre sa maison de Marnes-la-Coquette, c'est sûrement à cause d'une malediction qui touche cette propriété. En 2010, son défunt époux avait tenté de vendre cette sublime maison pour 26 millions d’euros. La raison ? Johnny Hallyday la détestait à cause d'un drame survenu il y a des années : "Johnny n’aimait pas cette maison depuis que le gardien, ivre, avait tiré sur des passants qui s'intéressaient d'un peu trop près à la demeure", rapportait Paris Match en 2018.

Laeticia et Johnny Hallyday : leur maison de Marnes-la-Coquette, difficile à vendre

Si Johnny Hallyday avait déboursé la somme de 4,9 millions d’euros pour acheter La Savannah en 1999, il en aurait demandé un prix beaucoup trop élevé pour la mettre en vente. En effet, cette bâtisse de 1856 a été proposée à 15 millions d’euros, puis 11 millions d’euros, un prix au-dessus de celui du...Lire la suite sur Le Journal de la Maison