La bourse est fermée

Johnny Hallyday : un mystérieux trust gèrera son héritage

Le testament de Johnny Hallyday, établi en vertu de la loi américaine, prévoit que son héritage soit géré par le biais d’un trust. Quelles en sont les conséquences ?

Petit à petit, les détails sur la succession de Johnny Hallyday sont exposés sur la scène médiatique. Après avoir dévoilé le détail des donations du rockeur vendredi dernier, RTL a publié ce lundi le testament signé de sa main en juillet 2014. Si ce document est l’un des plus importants pour démêler l’affaire, il est loin de donner toutes les clés pour comprendre les dernières intentions de l'idole des jeunes. Une chose est sûre, Johnny Hallyday souhaitait effectivement écarter ses deux premiers enfants de l’héritage. Il est en effet écrit noir sur blanc qu’il n’a pas pris de dispositions concernant David Hallyday et Laura Smet car ils ont bénéficié de donations par le passé.

Le testament révèle aussi que le rockeur a voulu organiser sa succession par l'intermédiaire d’un trust. “C’est une institution qui est inconnue du droit français, typiquement anglo-saxonne”, explique Alain Devers, avocat pratiquant les contentieux familiaux internationaux. “Il s’agit d’un acte unilatéral qui permet de désigner un trustee, un tiers chargé de gérer les biens du défunt dans l’intérêt des bénéficiaires désignés”. En pratique, le trustee est le plus souvent une banque qui a donc le pouvoir d'administrer le patrimoine apporté dans le trust, moyennant une commission.

Pour le moment, nous ne savons que peu de choses sur la façon dont est constitué le trust pour la succession de Johnny Hallyday, la déclaration de trust n’ayant pas été rendue publique. Le testament établi que l’ensemble des biens de l’artiste, “peu importe leur nature et où ils sont situés”, seront transférés dans ce trust. Le droit moral (qui permet de veiller à ce que les oeuvres ne soient pas dénaturées, notamment), (...) Cliquez ici pour voir la suite