Publicité
La bourse ferme dans 1 h 44 min
  • CAC 40

    7 519,05
    -188,97 (-2,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 846,58
    -88,92 (-1,80 %)
     
  • Dow Jones

    38 483,52
    -163,58 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,0678
    -0,0064 (-0,60 %)
     
  • Gold future

    2 344,30
    +26,30 (+1,13 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 906,04
    -915,20 (-1,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 429,56
    +11,69 (+0,82 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,87
    +0,25 (+0,32 %)
     
  • DAX

    18 028,65
    -237,03 (-1,30 %)
     
  • FTSE 100

    8 166,50
    +2,83 (+0,03 %)
     
  • Nasdaq

    17 645,98
    -21,58 (-0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 420,67
    -13,07 (-0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2667
    -0,0094 (-0,73 %)
     

Johnny Depp et Maïwenn : Géraldine Nakache, Julie Gayet… Ces actrices qui dénoncent leur présence au Festival de Cannes 2023

Dominique Jacovides / Bestimage

Cette 76e édition du Festival de Cannes est marquée par la venue en majesté de Johnny Depp sur la Croisette. Au cœur d'un retentissant procès contre son ex-femme Amber Heard en 2022, l'acteur de 59 ans, accusé de violences conjugales, a fait son retour au cinéma dans Jeanne du Barry, réalisé par Maïwenn. En ouverture du célèbre événement cinéma, la projection hors-compétition du film d'époque a été suivie d'une généreuse séquence d'applaudissements pour l'Américain et la réalisatrice, alors même que cette dernière fait l'objet d'une plainte d'Edwy Plenel, l'accusant d'avoir agrippé les cheveux du journaliste dans un restaurant à Paris. En amont de la première montée des marches, un collectif d'acteurs et d'actrices a dénoncé la complaisance de la profession envers ces deux personnes accusées de violences, à travers une tribune parue dans Libération mardi 16 mai 2023.

"En déroulant le tapis rouge aux hommes et aux femmes qui agressent, le festival envoie le message que dans notre pays, nous pouvons continuer d’exercer des violences en toute impunité, que la violence est acceptable dans les lieux de création. Il est temps que le cinéma français cesse d’apporter son soutien aux personnes qui abusent de leurs positions de pouvoir", peut-on lire dans le texte cosigné par 123 artistes, dont Géraldine Nakache, Julie Gayet, Laure Calamy ou encore Anna Mouglalis. Si Johnny Depp et Maïwenn ne sont pas nommés, la référence est sans équivoque aux accusations dont ils font tous les deux l'objet (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite