Marchés français ouverture 8 h 44 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 242,21
    -276,97 (-0,97 %)
     
  • EUR/USD

    1,2080
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    28 862,77
    +288,91 (+1,01 %)
     
  • BTC-EUR

    30 149,77
    +531,55 (+1,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    708,54
    -26,60 (-3,62 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Joffray Vallat, promoteur de luxe

·1 min de lecture

Rester assis dans une salle de réunion d'un palace parisien pèse un peu à Joffray Vallat. Ce grand Savoyard de 47 ans aimerait troquer sa chemise blanche et ses chaussures de ville pour un jean usé et des semelles renforcées : "Ce que j'aime, ce sont les chantiers que j'arpente dès 6 heures du matin." A cette évocation, le PDG de Vallat Immobilier s'empare d'un dossier pour dévoiler son dernier projet, sous la marque Antarès.

"

Je suis l'Obélix de l'immobilier

"

Au pied des pistes de Méribel, le groupe créé en 1956 a livré le 18 décembre les premiers des 66 appartements de 100 à 500 mètres carrés totalement rénovés (entre 20.000 et 27.000 euros le mètre carré), dans sept chalets, en lieu et place de l'ancien Club Med. Installé sur le créneau du haut de gamme, même si le patron, aux manettes depuis 2012, préfère les termes plus feutrés de "sur-mesure" et de "plaisir", le groupe offre aussi un ensemble de services hôteliers : spa, piscine, sauna ou cinéma. "Je suis l'Obélix de l'immobilier", s'amuse Joffray Vallat, qui est tombé dans la potion de la promotion immobilière et de la gestion de biens dès son adolescence. Son grand-père Fernand, dit "le marchand", hôtelier au Pont de Brogny, près d'Annecy, avait ouvert une agence dès 1956, après la vente d'une ferme. Son petit-fils a conclu sa première vente (celle d'un appartement témoin) à 14 ans, à Menthon-Saint-Bernard, lors d'une journée portes ouvertes organisée par ses parents. Son avenir dans l'entreprise semblait tout tracé...


Lire la suite sur LeJDD