La bourse ferme dans 7 h 49 min
  • CAC 40

    5 827,53
    +29,55 (+0,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 723,15
    +17,16 (+0,46 %)
     
  • Dow Jones

    31 961,86
    +424,51 (+1,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,2201
    +0,0033 (+0,27 %)
     
  • Gold future

    1 787,80
    -10,10 (-0,56 %)
     
  • BTC-EUR

    41 036,09
    -256,05 (-0,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 000,34
    +5,68 (+0,57 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,71
    +0,49 (+0,78 %)
     
  • DAX

    14 013,53
    +37,53 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    6 684,65
    +25,68 (+0,39 %)
     
  • Nasdaq

    13 597,97
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 925,43
    +44,06 (+1,14 %)
     
  • Nikkei 225

    30 168,27
    +496,57 (+1,67 %)
     
  • HANG SENG

    30 074,17
    +355,93 (+1,20 %)
     
  • GBP/USD

    1,4149
    +0,0008 (+0,06 %)
     

Joe Biden veut favoriser les achats de produits américains, comme Trump

·2 min de lecture

Dans la ligne de la politique de Donald Trump, le nouveau président américain Joe Biden signe ce 25 janvier un décret pour inciter le gouvernement fédéral à acheter davantage de biens et services auprès d'entreprises américaines. Il va durcir les règles dans le but d'éviter une dépendance vis-à-vis d'autres pays pour du matériel essentiel.

Joe Biden va signer un décret, ce lundi 25 janvier 2021, pour inciter le gouvernement fédéral à acheter davantage de biens et services auprès d'entreprises américaines, au risque de crisper certains partenaires commerciaux comme le Canada, ont annoncé des responsables de la nouvelle administration.

La loi existante, le "Buy American Act" de 1933, oblige déjà le gouvernement à passer des contrats avec des entreprises américaines lorsque cela est possible, mais il existe de nombreuses exceptions et opportunités de dérogation, ce que dénoncent depuis longtemps nombre de petites et moyennes entreprises.

Certains produits sont ainsi estampillés "Fabriqué aux Etats-Unis" bien qu'une majeure partie de leurs composants viennent d'ailleurs.

Le nouveau décret, ont expliqué de hauts responsables de la Maison Blanche, vise à relancer la production nationale et à préserver les emplois industriels en augmentant "les investissements dans les industries manufacturières et dans les travailleurs afin de reconstruire mieux".

Un thème cher à Donald Trump

Le nouvel hôte de la Maison Blanche reprend ainsi une thématique chère à Donald Trump.

Cependant, les nouvelles dispositions pourraient irriter des alliés et partenaires stratégiques des Etats-Unis, tels que le Canada et les pays européens, qui estimaient déjà que les dispositions sur le "Buy America" empêchent leurs entreprises d'avoir accès à certains appels d'offre du gouvernement américain.

Joe Biden signale en outre qu'après quatre années d', l'heure n'est pas à la libéralisation tous azimuts.

Le ministre des Affaires étrangères canadien a déjà mis en garde Washington contre le "Buy American", selon des médias canadiens.

"Il est évident que si nous constatons que la politique 'Buy America' porte préjudice à notre commerce, nous le ferons savoir", a ainsi déclaré Marc Garneau sur CBC tout en soulignant que "le président Biden a indiqué qu'il était disposé à nous entendre chaque fois que nous aurions des inquiétudes".

Soutenir l'ind[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi