La bourse ferme dans 5 h 6 min
  • CAC 40

    7 019,64
    +153,86 (+2,24 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 241,40
    +104,29 (+2,52 %)
     
  • Dow Jones

    35 227,03
    +646,95 (+1,87 %)
     
  • EUR/USD

    1,1266
    -0,0020 (-0,18 %)
     
  • Gold future

    1 781,10
    +1,60 (+0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    45 651,73
    +3 142,86 (+7,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 331,93
    +71,77 (+5,70 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,53
    +2,04 (+2,94 %)
     
  • DAX

    15 706,10
    +325,31 (+2,12 %)
     
  • FTSE 100

    7 317,90
    +85,62 (+1,18 %)
     
  • Nasdaq

    15 225,15
    +139,68 (+0,93 %)
     
  • S&P 500

    4 591,67
    +53,24 (+1,17 %)
     
  • Nikkei 225

    28 455,60
    +528,23 (+1,89 %)
     
  • HANG SENG

    23 983,66
    +634,28 (+2,72 %)
     
  • GBP/USD

    1,3257
    -0,0004 (-0,03 %)
     

Joe Biden, un président en danger

·2 min de lecture

Après des élections locales désastreuses, notamment en Virginie où les républicains ont repris la main, Joe Biden est en positon précaire un an avant les élections de mi-mandat. Sa planche de salut? Deux ambitieux plans de réformes... s'il parvient à les faire adopter par le Congrès.

Bam ! Un , alors que son parti s’était pris une raclée mémorable l’année précédente dans cet État, lors de la présidentielle. Slam ! La législature de Virginie sous contrôle, avec une série de victoires inattendues. Bim ! A l’échelle du pays, un parti républicain relancé et un président démocrate en difficulté, seulement un an après avoir conquis la Maison-Blanche. Pas de doute, l’élection dans cet Etat disputé a de quoi alarmer le Parti démocrate, en ce soir de novembre… 2009.

Eh oui ! L’histoire bégaie, c’est bien connu. Mais si elle continue de le faire au-delà de l’élection du 3 novembre, aura du souci à se faire. En 2009, le mauvais résultat des démocrates avait joué le rôle de canari dans la mine de charbon, préfigurant le terrible coup de grisou des élections de mi-mandat de 2010, qui avaient vu les républicains faire main basse sur le Congrès. On n’en est pas encore là, mais comme disent les Américains, la situation est "Code red" – état d’alerte maximum. Le risque existe bel et bien de voir le parti de Donald Trump reprendre la Chambre des Représentants et peut-être le Sénat, se plaçant dans une position idéale pour la présidentielle de 2024. Avec, peut-être, Trump comme candidat.

Lente descente aux enfers

Comment en est-on arrivé là ? Avant de poser la question, il faut se pencher un instant sur cette élection de 2021, une année "off" au sens où ni le Congrès, ni la présidence étaient en jeu. Les années de ce genre sont généralement cruelles pour le parti au pouvoir, ses partisans ne se passionnant pas pour le scrutin. Mais la polarisation politique est devenue telle que cette année, en Virginie, les Américains ont beaucoup voté : plus d’un million de votes de plus qu’il y a quatre ans. Côté démocrate, le candidat au poste de gouverneur a remporté 200.000 voix de plus que le candidat du même parti en 2017. Il n’y a donc pas eu de défection massive des électeurs de Biden vers le parti de son adversaire. Mais la mobilisation en face a été encore plus forte [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles