La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 246,86
    +666,78 (+1,93 %)
     
  • Nasdaq

    15 251,45
    +165,97 (+1,10 %)
     
  • Nikkei 225

    27 927,37
    -102,20 (-0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,1280
    -0,0037 (-0,33 %)
     
  • HANG SENG

    23 349,38
    -417,31 (-1,76 %)
     
  • BTC-EUR

    43 552,55
    -211,29 (-0,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 268,50
    +8,34 (+0,66 %)
     
  • S&P 500

    4 598,16
    +59,73 (+1,32 %)
     

Joe Biden et la COP26: gros problème de crédibilité sur la question climatique en vue

·2 min de lecture

Il espérait arriver en Europe muni d'un méga-plan de lutte contre la crise climatique. Raté. Joe Biden n'a toujours pas réussi à ranger les démocrates derrière lui, il risque d'arriver les mains vides à la COP26 de Glasgow.

Ce devait être une démonstration de force, une preuve éclatante de bonne volonté: 13 ministres et autres officiels de haut rang, pas moins, doivent accompagner Joe Biden à qui s'ouvre le 1er novembre à Glasgow. Avant cela, , où il comptait arriver ce vendredi 29 octobre avec un double plan de plusieurs milliers de milliards.

Caramba, encore raté. Les démocrates du Congrès, , et des modérés qui s'abritent derrière l'obstruction de deux de leurs sénateurs, ne sont toujours pas parvenus à s'entendre, même si l'on semble très proche d'un accord. Pour la crédibilité internationale de Biden, c'est un moment embarrassant; mais pour sa crédibilité en matière de lutte contre le réchauffement climatique, c'est carrément un œil au beurre noir.

Biden avait prévu un "show climat" impressionnant. Il s'agissait de , et de le montrer avec des mesures sonnantes et trébuchantes. Le président américain, en particulier, voulait présenter à ses pairs une législation exemplaire, permettant de réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030, comparées à leur niveau de 2005.

Un plan raboté

Le plan, dans sa version première, était un mélange de carotte et de bâton: il prévoyait des subventions tous azimuts, mais aussi des pénalités pour les mauvais élèves de la production et distribution d'énergie. Suite au veto de Joe Manchin, sénateur de l'Etat minier de Virginie-Occidentale, l'idée d'un système bonus-malus a été abandonnée et d'un tiers. Mais ce qui reste est loin d'être négligeable: le "plan B" de Biden comprend 555 milliards de dollars de dépenses sur dix ans liées au climat. "Cela en fait l'investissement le plus important jamais réalisé pour faire face à la crise climatique -plus que n'importe quelle autre nation avancée dans le monde", a souligné le président.

Le plat de résistance est l'affectation de 320 milliards de dollars à des crédits d'impôt incitatifs dans une multitude de domaines (transports, énergie, logement...). S'y ajoutent 105 milliards pour am[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles