La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 047,94
    -152,73 (-0,45 %)
     
  • Nasdaq

    13 889,99
    -162,35 (-1,16 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,2039
    +0,0059 (+0,49 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    46 586,47
    +15,18 (+0,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 268,07
    -30,89 (-2,38 %)
     
  • S&P 500

    4 158,24
    -27,23 (-0,65 %)
     

JobRepublik: trouvez ou proposez des missions ponctuelles

·2 min de lecture

JobRepublik c’est le point de rencontre entre entreprises ayant un besoin de main d’oeuvre ponctuelle et toute personne en recherche de complément de revenus. Cette start-up fait partie de la sélection "100 start-up où investir en 2021” de Challenges.

Capitaux recherchés: 500.000 euros

Moins de 10% des TPE ont recours à l’intérim. Et pourtant, comme les grands groupes, elles font face à des besoins de main d'œuvre ponctuels. L’explication? Le coût trop élevé des travailleurs temporaires. Au même moment, un Français sur cinq aspire à se mettre à son compte en 2021, selon le Baromètre annuel de l’envie d’entreprendre des Français par Opinionway. C’est pour résoudre cette équation que Benjamin Blachère, 37 ans, fondateur de l’agence webmarketing Slap, revendue en 2019, Benoît Méchineau, 47 ans, ancien directeur marketing de Demos, et Vincent Pélage, 35 ans, ex-cofondateur d’Azerty Studio, ont lancé l’an dernier JobRepublik, la première marketplace B2B de freelances “cols bleus”. “Les utilisateurs sont des travailleurs de terrain, autoentrepreneurs, en recherche de compléments de revenus”, explique Benjamin Blachère. “Nous ne croyons pas à la verticalisation de ces métiers peu qualifiés. Le site propose aussi bien des missions en restauration, logistique qu’en commerce. Ils peuvent être préparateurs de commandes un jour, vendeurs le lendemain et au support téléphonique le surlendemain.” La différence de coût avec les acteurs existants du travail intérimaire? Elle vient de l’absence de charges patronales, en raison du choix de recourir à des autoentrepreneurs, et de la commission prélevée par la plateforme, fixée à 10% côté employeur, et 8% côté travailleur. Ainsi, le coût du service ne repose pas uniquement sur la TPE ou PME commanditaire, mais aussi sur le freelance, ce qui allège la facture. Suivant le modèle classique d’une place de marché, les entreprises proposent des missions aux freelances, qui sont libres de les accepter ou non, et de fixer leur tarif. JobRepublik promet en tout cas de leur dégoter la perle rare en quelques heures. A l’issue de la transaction, les deux parties prenantes s’attribuent mutuellement une note, comme sur Airbnb. La plateforme, hébergée par l’incubateur IMT Starter, compte déjà 300 [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi