La bourse ferme dans 7 h 30 min
  • CAC 40

    6 685,69
    +47,23 (+0,71 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 189,37
    +30,86 (+0,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 798,00
    +33,20 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1697
    -0,0021 (-0,18 %)
     
  • Gold future

    1 756,20
    +4,50 (+0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    37 448,67
    +1 848,25 (+5,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 091,31
    -11,75 (-1,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    74,72
    +0,74 (+1,00 %)
     
  • DAX

    15 679,54
    +147,79 (+0,95 %)
     
  • FTSE 100

    7 085,08
    +33,60 (+0,48 %)
     
  • Nasdaq

    15 047,70
    -4,50 (-0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 455,48
    +6,50 (+0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    30 240,06
    -8,75 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    24 168,42
    -23,74 (-0,10 %)
     
  • GBP/USD

    1,3680
    -0,0000 (-0,00 %)
     

JO de Tokyo : battues par la Russie en finale, les fleurettistes françaises en argent

·1 min de lecture

Beau parcours pour les fleurettistes françaises qui remportent la médaille d'argent au concours par équipes après leur défaite large contre la Russie (45-34). Les Tricolores Ysaora Thibus, Anita Blaze, Pauline Ranvier et Astrid Guyart glanent toutefois la 11e médaille pour la France, la 5e en argent.

Un premier podium pour les Françaises depuis 1984

Après l'or de Romain Cannone dimanche à l'épée et le bronze lundi au sabre de Manon Brunet, l'équipe de France d'escrime égale d'ores et déjà sa récolte de Rio 2016 ainsi que sa performance des Jeux de Montréal en 1976. La France avait décroché l'or à Moscou en 1980, face à l'URSS, avant de remporter la médaille de bronze à Los Angeles en 1984. Depuis, le fleuret féminin n'était plus monté sur un podium olympique, terminant à la quatrième place notamment à Rio 2016.

Dans un Makuhari Messe Hall de Chiba résonnant des "davaï, davaï" du camp russe et sous les yeux de Thomas Bach, président du CIO et ancien escrimeur, les Bleues ont fait preuve de combativité, face notamment à deux médaillées en individuel dimanche, Larisa Korobeynikova en bronze, et Inna Deriglazova en argent, et titrée à Rio 2016. Mais ce fut insuffisant.

Des Russes implacables

Malgré la confiance acquise par Ranvier, vice-championne du monde en 2019, Thibus, vice-championne du monde en 2018 et Blaze après leur "remontada" extraordinaire en demi-finale face aux Italiennes, championnes olympiques à Londres en 2012, après avoir compté jusqu'à 12 touches de retard, les T...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles