La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,84
    -39,03 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,44 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1732
    -0,0040 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 753,90
    -2,80 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    40 359,60
    -557,94 (-1,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 193,48
    -32,05 (-2,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,96
    -0,65 (-0,90 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,58 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 963,64
    -63,84 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,96 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,91 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3737
    -0,0059 (-0,43 %)
     

JO - Aviron (H) - Retour en France chaleureux pour Hugo Boucheron et Matthieu Androdias, champions olympiques à Tokyo

·3 min de lecture

Médaillés d'or en deux de couple mercredi à Tokyo, Hugo Boucheron et Matthieu Androdias sont arrivés ce vendredi en France. Au coeur de leur marathon médiatique, les deux rameurs ont passé l'après-midi au Trocadéro pour un premier bain de foule dans la fan-zone olympique parisienne. « Vous êtes sûrs que je n'ai pas le temps d'aller chez le coiffeur ? » Entre deux réponses aux nombreux médias présents ce vendredi au Trocadéro, Hugo Boucheron s'inquiète pour le rendu de sa mèche face aux caméras. « Je n'ai plus ce genre de problème depuis bien longtemps », répond avec autodérision son compère Matthieu Androdias, chauve de son état, mais surtout champion olympique en deux de couple depuis mercredi.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Depuis son retour en France au petit matin, le duo enchaîne les rendez-vous médiatiques et les sollicitations en tout genre. À leur arrivée sur le coup de 15 heures à la fan-zone olympique, les deux rameurs tricolores réalisent peu à peu leur changement de statut. « Au début, on se demande ce que nous veulent tous ces inconnus mais on s'y fait très vite », raconte Matthieu Androdias, 31 ans. Hugo Boucheron, de trois ans son cadet, rame un peu. « On a dormi quatre heures en deux jours, ça commence à se voir », ironise-t-il. Marseillaise et sabrage de champagne Les deux gaillards n'ont pourtant pas le temps de souffler. Une fois l'étape médiatique franchie, ils goûtent une première fois à la ferveur du public en accordant quelques photos à la volée. « La vache, elles sont énormes, hallucinent Fabien et Karl, 17 et 18 ans, en apercevant les breloques tant convoitées. Le côté doré ressort vraiment beaucoup, on ne peut pas les louper. » Jérôme Prabonnaud, entraîneur de Matthieu Androdias et Hugo Boucheron « J'ai sauté dans un train ce matin quand ils m'ont dit qu'ils passeraient au Trocadéro. Je voulais les voir dans un tel cadre, c'est une immense fierté » Après avoir signé au marqueur doré leur photo, qui trône au sommet du tableau des médailles de la fan-zone, Matthieu Androdias et Hugo Boucheron déboulent, drapeaux tricolores sur le dos, sur le podium. Micro à la main, les tout frais champions olympiques refont leur course avec la tour Eiffel en arrière-plan. Ils se charrient en évoquant leurs « coups de pelle » respectifs en finale et n'oublient pas de remercier le public pour « tout le soutien et la vague de félicitations » qui a suivi leur exploit au Japon. lire aussi Deux erreurs avant l'or de la délivrance pour Boucheron-Androdias à Tokyo Parmi la centaine de personnes présente, il y en a un qui ne masque pas son émotion en voyant les deux rameurs sabrer le champagne et entonner la Marseillaise. « Je réalise vraiment qu'ils sont champions olympiques, savoure Jérôme Prabonnaud, l'entraîneur du duo, qui a suivi la finale depuis Lyon. J'ai sauté dans un train ce matin quand ils m'ont dit qu'ils passeraient au Trocadéro. Je voulais les voir dans un tel cadre, c'est une immense fierté. » Tandis que ses protégés s'adonnent à une séance d'autographes, il ne peut s'empêcher de les prendre en photo, d'immortaliser l'instant. « Je connais Hugo depuis qu'il a 9 ans. C'est un truc de fou ce qu'ont réalisé les gars », clame-t-il, en leur donnant rendez-vous le lendemain à Lyon « pour fêter ça ». lire aussi Matthieu Androdias raconte la finale : « J'avais le coeur qui sortait de la poitrine » Dans la file d'attente qui mène aux stars du jour, certains ont prévu les carnets, d'autres saisissent volontiers les photos distribuées, pour mieux les faire signer. « Ce n'est pas tous les jours qu'on croise des champions olympiques », explique la jeune Léa, un peu impressionnée. D'un « comment ça va » ou en faisant un signe de la main, Hugo Boucheron et Matthieu Androdias détendent l'atmosphère. À vive allure, ils s'empressent d'enchaîner les autographes. Leur marathon médiatique doit reprendre. Après trois plateaux télés prévus dans la soirée, ils accueilleront « comme il se doit » Laura Tarantola et Claire Bové, médaillées d'argent jeudi en deux de couple poids légers, de retour à Paris samedi dans l'après-midi. « On va bien s'occuper d'elle, prévient Hugo Boucheron. On leur a promis moult divertissements. Elles ne seront pas déçues, c'est moi qui vous le dis ! » lire aussi Toute l'actualité des JO de Tokyo

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles