Marchés français ouverture 2 h 48 min
  • Dow Jones

    34 869,37
    +71,37 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    14 969,97
    -77,73 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    30 123,63
    -116,43 (-0,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,1696
    -0,0005 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    24 566,66
    +357,88 (+1,48 %)
     
  • BTC-EUR

    36 498,10
    -1 441,33 (-3,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 056,69
    -44,83 (-4,07 %)
     
  • S&P 500

    4 443,11
    -12,37 (-0,28 %)
     

JO - Athlé - Ces records incroyables réalisés aux JO

·4 min de lecture

À Tokyo, Karsten Warholm sur 400 mètres haies et Yulimar Rojas au triple saut viennent de briller en établissant de nouveaux records. Une vieille habitude en athlétisme dans l'histoire des Jeux Olympiques. L'athlétisme n'a pas commencé depuis cinq jours aux Jeux Olympiques de Tokyo que, déjà, deux magnifiques records ont été réalisés dans la capitale nippone. Cette nuit, le Norvégien Karsten Warholm, déjà détenteur de la meilleure performance sur 400 m haies (46''70), établie le 1er juillet dernier, a pulvérisé son propre record (45''94) au bout d'un tour de piste d'anthologie face à un autre phénomène, le hurdler américain Rai Benjamin. Dimanche, c'est la Vénézuélienne Yulimar Rojas qui a enflammé le stade olympique lors du concours de triple saut, en rafraîchissant un record vieux de 26 ans pour atterrir à 15,67 m lors de son dernier essai de la finale. Mais avant ces deux performances tokyoïtes, l'athlétisme a déjà connu des frissons historiques aux Jeux Olympiques. Petit rappel historique. lire aussi Les chiffres fous autour du record du monde du 400 m haies de Karsten Warholm De Beamon à Ayana Le père de tous les records historiques, c'est peut-être celui de Bob Beamon lors des Jeux de Mexico en 1968. L'Américain a surpris le monde entier en remportant la médaille d'or du saut en longueur avec un bond à 8,90 m, soit 55 cm de mieux que le précédent record ! Cette performance surréaliste resta la meilleure jamais réalisée jusqu'au saut de Mike Powell aux Championnats du monde de Tokyo en 1991, 23 ans plus tard. Avant Warholm et Benjamin, il y avait eu Kevin Young. Le hurdler américain avait effacé le record de 1983 d'Edwin Moses lors de la finale du 400 m haies des JO de Barcelone, en 1992. Ce soir-là, Young semble voler sur la piste catalane et réalise un chrono ahurissant (46''78), seulement battu 29 ans après par le phénomène norvégien. À Rio, en 2016, l'Éthiopienne Almaz Ayana a pulvérisé le record sur 10 000 m pour s'adjuger le titre olympique et s'installer au sommet de sa discipline. Au Brésil, elle a réussi à parcourir les dix kilomètres en 29'17''45, soit 37 secondes de mieux que la performance de sa compatriote Tirunesh Dibaba lors des JO de Pékin en 2008. Un autre grand nom de la course de fond a établi la meilleure marque historique aux Jeux Olympiques : David Rudisha sur 800 mètres à Londres en 2012. Le 9 août, le Kényan avait bouclé ses deux tours de piste en 1'40''91, dix centièmes de mieux que le record du monde, établi en 1'41''01 par... lui-même, deux ans plus tôt. lire aussi Toute l'actu des JO Les fusées en orbite L'image de la Foudre avait marqué les Jeux de Pékin il y a treize ans. Après être monté petit à petit en puissance (9''92 en quarts, 9''85 en demies), Usain Bolt avait battu le record du monde du 100 m en finale (9''69), laissant ses adversaires une bonne foulée derrière lui. D'autres sprinteurs ont marqué de leur empreinte les Jeux Olympiques, à la manière de l'icône jamaïcaine. En 1996, l'Américain Michael Johnson avait battu le record du monde sur 200 m à domicile, pour les JO d'Atlanta. Son chrono de 19''32 avait tenu pendant douze ans, avant qu'un certain Usain Bolt ne le détrône (19''30 puis 19''19). Sur la même distance, Florence Griffith-Joyner s'était imposée en 21''34 en finale à Séoul en 1988, battant là un record établi par elle-même... deux heures plus tôt, lors des demies (21''56). Trente-trois ans après cette folle soirée sud-coréenne, le record du 200 m féminin est toujours officiellement détenu par l'Américaine. Avant les Jeux de Tokyo, le dernier record époustouflant réalisé dans le cadre d'une finale olympique avait eu pour décor Rio de Janeiro. Il y a cinq ans, le Sud-Africain Wayde Van Niekerk avait réussi un superbe chrono (43''03), quinze centièmes de mieux que les 43''18 établis par l'Américain Michael Johnson en 1999. lire aussi Le programme de l'athlétisme aux JO

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles