La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 774,49
    +176,57 (+0,53 %)
     
  • Nasdaq

    11 051,56
    +93,00 (+0,85 %)
     
  • Nikkei 225

    27 574,43
    -111,97 (-0,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,0549
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • HANG SENG

    19 450,23
    +635,41 (+3,38 %)
     
  • BTC-EUR

    16 071,33
    +5,70 (+0,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    398,62
    +3,94 (+1,00 %)
     
  • S&P 500

    3 957,26
    +23,34 (+0,59 %)
     

JO 2024 : l'inflation est en partie responsable d'une augmentation de 10% du budget

Adobe Stock

Les organisateurs des Jeux olympiques de Paris 2024 ont commencé à annoncer la couleur mardi : le budget va gonfler de 10%, dont la moitié du fait de l'inflation, même si, à trois semaines d'un conseil d'administration crucial qui validera dépenses et recettes, ils ne sont pas entrés dans le détail. De 4 milliards d'euros, le budget du comité d'organisation (Cojo) - entièrement privé - pourrait donc passer à 4,4 milliards d'euros à la fin de l'année. Sur ces 400 millions d'euros supplémentaires, la moitié s'explique par l'inflation. Ce que le président du Cojo Tony Estanguet qualifie de "budget maîtrisé". En 2019, l'enveloppe était de 3,8 milliards d'euros. Elle est passée à 3,9 lors de la dernière révision budgétaire, puis frôle les 4 milliards depuis 2021.

L'autre grand opérateur des JO, qui lui est partiellement financé par de l'argent public (Etat et collectivités), est la Solideo, la société de livraison des ouvrages olympiques, chargée par exemple de construire le village olympique. Son budget de 4,3 milliards d'euros, dont 1,870 milliard d'argent public, a lui aussi été touché par la vague d'inflation née de l'invasion russe de l'Ukraine. Au total, à la fin de l'année, la facture globale des JO de Paris pourrait donc s'établir à 8,7 milliards d'euros, contre 6,8 milliards projetés en 2019.

A trois semaines du bouclage de cette révision budgétaire, prévue de longue date mais qui a pris l'allure d'un casse-tête à cause de l'inflation, le Cojo dit avoir mené un "travail de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La Chine fait un pas de plus vers son système de crédit social en dévoilant un nouveau projet de loi
Bretagne : elle découvre qu’elle est mariée à un inconnu depuis 2009
Crédit immobilier : la BCE pousse à l’adoption des taux variables en France
Les ménages qui basculent dans la précarité énergétique peinent à en sortir
La Banque de France met en place un numéro unique pour aider les personnes en difficulté financière