Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 182,33
    +2 735,32 (+4,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 377,82
    +46,92 (+3,53 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

JO 2024 : Faut-il vraiment s’attendre à une grève des aéroports de Paris ?

ALINE MORCILLO / AFP

A moins d’un mois de l’inauguration des Jeux olympiques d’été, les syndicats CGT, CFDT, Force Ouvrière et UNSA des aéroports de Paris (ADP) ont lancé, mardi 25 juin, un ultimatum à leur direction. Les raisons de leur colère : le manque d’effectifs «depuis la fin du Covid-19, sur certains postes stratégiques comme la sûreté, en déficit de 20 à 25% d’agents» et les «gratifications octroyées pour ceux qui se sont portés volontaires pour la période des JO et qui ne sont pas équitables». Si elle n’accède pas à leurs revendications, ils agitent la menace d’une grève. «On a été obligé de hausser le ton», confie à Capital Daniel Berton, secrétaire général de la CGT d’ADP, après que plusieurs mouvements sociaux ont émaillé le ciel ces derniers mois, sans que les syndicats n'obtiennent gain de cause.

Mais, pressée par les conséquences d’une grève, alors que la France s’apprête à recevoir les délégations sportives du monde entier et des millions de visiteurs, la direction générale d’ADP a informé l’intersyndicale, ce jeudi 27 juin en tout début d'après-midi, de la tenue d’une réunion mardi 2 juillet, en présence du PDG Augustin de Romanet. Une nouvelle qui rend Daniel Berton «optimiste». Pour lui, la direction «est consciente des impacts qu’une grève aurait sur le déroulement des Jeux et ne veut pas en arriver là. On devrait pouvoir l’éviter». Dans le cas inverse, le secrétaire général de la CGT est clair : la grève pourrait avoir lieu les week-ends, à compter du 12 juillet.

Son impact risque (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Céline Dion : l'IHU de Montpellier lance un appel à l'aide pour trouver un traitement à la star
Réforme de la formation des enseignants : qu’en pensent les futurs professeurs ?
JO 2024 : Paris La Défense Arena métamorphosée en piscine olympique en quelques jours
Législatives 2024 : Emmanuel Macron aura-t-il moins de pouvoir en cas de cohabitation ?
Indemnité chômage : voici le nouveau montant revalorisé au 1er juillet 2024