La bourse ferme dans 7 h 50 min
  • CAC 40

    7 085,90
    +20,51 (+0,29 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 275,03
    -1,17 (-0,03 %)
     
  • Dow Jones

    35 719,43
    +492,40 (+1,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,1289
    +0,0017 (+0,15 %)
     
  • Gold future

    1 787,60
    +2,90 (+0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    44 714,26
    -855,15 (-1,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 311,17
    -10,11 (-0,77 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,66
    -0,39 (-0,54 %)
     
  • DAX

    15 796,77
    -17,17 (-0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 365,64
    +25,74 (+0,35 %)
     
  • Nasdaq

    15 686,92
    +461,76 (+3,03 %)
     
  • S&P 500

    4 686,75
    +95,08 (+2,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 860,62
    +405,02 (+1,42 %)
     
  • HANG SENG

    23 996,87
    +13,21 (+0,06 %)
     
  • GBP/USD

    1,3242
    +0,0000 (+0,00 %)
     

JO 2022 - La flamme olympique a été remise à la Chine en vue des JO 2022 à Pékin

·1 min de lecture

Les hôtes chinois des prochains Jeux Olympiques d'hiver ont reçu ce mardi la flamme olympique, à Athènes, à l'issue d'une journée marquée par de nouveaux appels au boycott. La flamme olympique a commencé son périple. Allumée lundi à Olympie, berceau des Jeux antiques, elle a été transmise ce mardi aux hôtes chinois de la prochaine édition des JO d'hiver, qui se tiendront à Pékin du 4 au 20 février 2022.

Le président du comité olympique hellénique Spyros Kapralos a donné une lanterne contenant la flamme au vice-président du comité d'organisation de Pékin 2022, Yu Zaiqing, lors d'une cérémonie organisée à Athènes. « La flamme olympique va voyager jusqu'à la Grande Muraille et à travers d'autres parties de la Chine, apportant avec elle la lumière de la paix et de l'amitié », a déclaré Yu Zaiqing. De nouvelles protestations en marge de la cérémonie La journée a également été marquée par de nouvelles protestations contre la tenue de ces Jeux chinois. Peu avant la transmission de la flamme, des activistes ouïghours ont tenu une conférence, pour contester les « différents abus » du régime chinois. « C'est du sport-blanchiment. Il n'y a aucune raison légitime d'accueillir les Jeux pendant un génocide », a déclaré Zumretay Arkin, responsable du Congrès mondial ouïghour. Selon ces militants, les résidents de Hong Kong, les Tibétains et les Ouïghours font l'objet d'une surveillance « orwellienne » en Chine, qui, selon eux, s'est aggravée après les JO 2008.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles