La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 897,39
    -80,69 (-0,24 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,09
    -160,62 (-1,38 %)
     
  • Nikkei 225

    27 433,40
    +50,84 (+0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,0859
    -0,0015 (-0,14 %)
     
  • HANG SENG

    22 069,73
    -619,17 (-2,73 %)
     
  • BTC-EUR

    21 330,65
    -555,86 (-2,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    523,93
    -13,94 (-2,59 %)
     
  • S&P 500

    4 037,49
    -33,07 (-0,81 %)
     

Jeux Olympiques: Romain Cannone décroche l'or à l'épée masculine

L'escrimeur français Romain Cannone, invité surprise des Jeux olympiques pour l'équipe de France, disputait ce dimanche 25 juillet la finale du tournoi individuel d'épée. Et il a offert une première médaille d'or aux Bleus à Tokyo.  (Photo: Mohd RASFAN / AFP)
L'escrimeur français Romain Cannone, invité surprise des Jeux olympiques pour l'équipe de France, disputait ce dimanche 25 juillet la finale du tournoi individuel d'épée. Et il a offert une première médaille d'or aux Bleus à Tokyo. (Photo: Mohd RASFAN / AFP)

ESCRIME - Et de trois breloques pour l’équipe de France aux Jeux olympiques de Tokyo. Après les médailles de bronze de Luka Mkheidze et d’argent d’Amandine Buchard, toutes deux glanées en judo, les Bleus ont décroché une troisième récompense, la plus belle, ce dimanche 25 juillet grâce à l’escrimeur Romain Cannone, qui a apporté son premier titre de la délégation tricolore.

Alors qu’il n’aurait dû être que remplaçant lors de ces JO et qu’il n’a été désigné titulaire que grâce aux mésaventures vis-à-vis des règles antidopages de l’un de ses coéquipiers, Daniel Jérent, le spécialiste de l’épée de 24 ans est parvenu jusqu’en finale du tournoi individuel, où il a réussi à l’emporter face au champion du monde hongrois Gergely Siklósi. Avec en prime une sérénité époustouflante.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Benjamin des escrimeurs français au Japon, Romain Cannone a impressionné tout au long de la journée, éliminant les uns après les autres des concurrents au CV autrement plus fourni que le sien. Surtout, il a vengé ses coéquipiers épéistes, Yannick Borel et Alexandre Bardenet, tous deux sortis prématurément dans le tournoi alors qu’ils pouvaient légitimement prétendre à une médaille.

“Il faut jouer, il faut créer!”

Des coéquipiers qui l’ont porté en triomphe après son sacre olympique, dans un moment de joie contagieuse. “Putain mon gars tu l’as fait!, lui a notamment lancé un Yannick Borel resté toute la journée dans l’arène pour l’encourager.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Incapable de réaliser l’ampleur de son exploit, c’est d’ailleurs son équipe que Romain Cannone a immédiatement remerciée au sortir de son ultime match, au micro de France Télévisions: “Merci l’équipe! Sans eux, c’était impossible!”

D’autant que cette performance historique, le jeune homme l’a obtenue grâce à un style plaisant et offensif, à l’image d’une formidable série de touches réussies en finale contre le Hongrois Siklósi, où il est parvenu à enchaîner avec succès les prises de risque. Jusqu’à conclure avec une décontraction déroutante et une apparente facilité, laissant éclater sa joie.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Un goût le jeu et le spectacle qui a séduit jusqu’à la ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu, qui s’est empressée de citer sur Twitter le tout nouveau champions olympique, lequel déclarait encore sur France Télévisions: “Il faut jouer, il faut créer, ne pas s’enfermer. Plus on joue, plus on s’amuse.” Et la ministre de lui répondre donc: “Oui Romain, malgré l’enjeu, il faut jouer.”

Cela faisait près de 30 ans et le titre d’Éric Srecki lors des Jeux Olympiques de Barcelone, en 1992, que la France n’avait plus eu de champion olympique à l’épée. De bon augure avant la compétition par équipe, lors de laquelle le nouveau médaillé d’or voudra nécessairement aller le plus loin possible, et pourquoi pas atteindre une seconde fois le toit de l’Olympe.

À voir également sur le HuffPost: Ces 5 nouveaux sports font leur entrée aux JO mais vous les avez déjà vu sur grand écran

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI: