La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 865,90
    -50,40 (-2,63 %)
     
  • BTC-EUR

    21 602,58
    -276,59 (-1,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Jeudi "noir" contre la réforme des retraites: le bras de fer est engagé

AFP/Archives - NICOLAS TUCAT

Transports à l'arrêt, école fermées, coupures de courant ciblées... Les syndicats engagent aujourd'hui le bras de fer contre la réforme des retraites. Le gouvernement appelle à éviter la paralysie du pays. Les syndicats assurent que ce n'est qu'un début.

La journée de grève nationale et de manifestations prévue ce jeudi 19 janvier en France contre le projet de réforme des retraites du gouvernement devrait donner lieu à d'importantes perturbations, entre des transports publics au ralenti voire à l'arrêt, des écoles fermées et d'autres secteurs affectés. A l'initiative des organisations syndicales, cette journée de contestation ambitionne de faire dérailler le projet du gouvernement qui prévoit, notamment, le report de l'âge légal de départ à la retraite, de 62 ans à 64 ans, en 2030.

Lire aussiRetraites : les réponses aux questions que vous vous posez sur la réforme

Il s'agit d'un défi majeur pour Emmanuel Macron, alors que les sondages montrent qu'une grande majorité de Français sont opposés à ce projet de réforme. Le chef de l'Etat et son gouvernement entendent mener à bien des mesures présentées comme indispensables pour garantir la viabilité du système des retraites sur le long terme.

Cette grève nationale représente un test aussi pour les syndicats, moins influents qu'autrefois, qui espèrent transformer le mécontentement de la population à l'égard de ce projet, associé à la colère sur la baisse du pouvoir d'achat, en un vaste mouvement social qui se prolongerait au-delà de ce jeudi et ferait céder le gouvernement. "Inflation, conditions de travail, retraites... Y en a ras-le-bol et c'est pour ça qu'on pense que ce sera très suivi", a déclaré Simone Legendre, membre du syndicat CFE-CGC, à propos de l'appel à la grève et à manifester.

Crédibilité réformatrice

Pour Emmanuel Macron, au-delà de la maîtrise des dépenses publiques, c'est sa crédibilité réformatrice, tant au niveau national qu'européen, qui est en jeu. Selon le ministère du Travail, la réforme permettrait de générer 17,7 milliards d'euros de recettes supplémentaires en 2030. Les syndicats estiment de leur côté que d'autres moyens existent pour assurer la viabilité du système des retraites. "Le gouvernement affiche calme, détermination", a déclaré le po[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi